Assemblée Générale annuelle à la campagne pour le comité Franche Comté

Assemblée Générale annuelle à la campagne pour le comité Franche Comté

Dans un cadre bucolique et en petit comité, AMADEA-Franche Comté a tenu son AG annuelle, mardi 23 Juin 2020. Après approbation des rapports présentés par la présidente Monique Gry , la réunion a surtout été animée par les échanges avec Patrick et Lalao Johannes, les « pilotes » de l’association à Madagascar, retenus en France depuis le début du confinement. Le point sur les dossiers en cours Le suivi de la crise de la COVID-19 à Madagascar, la poursuite du partenariat avec UEPLM, la situation dans les centres d’accueil d’Antsirabe et de Mahambo, le point sur la sécherie d’Andranovelona et sur les évolutions techniques En cours, les kiosques solaires, l’enseignement et la formation des enseignants soutenus par Amadea, les subventions obtenues auprès de la ville de Besançon et l’instruction du dossier en cours auprès du conseil régional Bourgogne Franche Comté …  Et comme il est de bon ton en ce début d’été, la réunion s’est terminée en partageant quelques bonnes choses préparées par les uns et les...

Une aide « essentielle » de la Région Nouvelle Aquitaine

En cette période quelque peu perturbée, heureuse nouvelle pour l’association. La commission permanente de la Région Nouvelle Aquitaine qui s’est réunie le 15 juin 2020 à Bordeaux, a décidé d’accorder une aide substantielle à AMADEA pour son projet d’unité de production d’huiles essentielles à Madagascar. Extrait du courrier du Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine Un projet qui a emporté l’adhésion 2 ans après avoir apporté leur aide à la création de la savonnerie artisanale, les élus régionaux ont également décidé de soutenir ce nouveau projet. Il prévoit l’élargissement de l’activité de la coopérative Tsinjo d’Andranovelona, à la production d’huiles essentielles produites localement et extraites sur place. A Madagascar, il existe une grande variété de plantes aromatiques et médicinales endémiques qui peuvent être distillées et qui permettent également d’élaborer des tisanes et autres décoctions curatives. Par ailleurs, cette nouvelle activité contribue à la protection de l’environnement, au reboisement et au développement économique de l’Analamanga (Région des Hauts Plateaux). Les conseillers régionaux ont été également sensibles au fait que sur le territoire de la Nouvelle-Aquitaine, AMADEA propose de nombreuses actions de communication : festivals, forum, marchés de Noël et autres manifestations. L’association, ont-ils également noté, intervient régulièrement dans les écoles, collèges, lycées pour des sessions de sensibilisation à la solidarité internationale et à l’éducation citoyenne ou sur des thèmes plus spécifiques comme l’accès à l’eau, le développement durable. Un producteur d’huiles essentielles de Charente Maritime associé au projet Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, Valery BOUYER, exploitant la ferme de plantes aromatiques et médicinales “Plantabenèze“ à Aumagne (17), a accepté de partager ses compétences et de venir guider l’installation et la mise en...
AMADEA et UEPLM : une collaboration respectueuse

AMADEA et UEPLM : une collaboration respectueuse

Mercredi 10 juin, en visioconférence (COVID-19 oblige …), a eu lieu la 2° rencontre entre AMADEA et UEPLM (Association « Un Enfant Par La Main »). Objectif : préparer, dans le cadre du partenariat en cours, le plan budgétaire pour l’année 2020. Quelques membres du C.A d’AMADEA, aux côtés de Patrick et Lalao JOHANNES, ont pu dialoguer avec le président d’UEPLM, Alain Gibert, la directrice, Joëlle Sicamois et le chef de mission à Madagascar, Jean-Baptiste Tobie. A distance, mais ensemble pour un même objectif : le bien-être des enfants Au terme de cette première année de partenariat avec UEPLM et au delà des aspects strictement budgétaires, les échanges ont tourné autour du très (trop) important investissement humain que cela a représenté pour AMADEA et de la nécessité que ce travail se fasse au bénéfice des populations villageoises, mais sans nuire aux actions historiques de développement menées par l’association.En France comme à Madagascar, AMADEA a toujours la volonté d’associer les acteurs locaux aux différents projets proposés. Cela peut occasionner des lenteurs dans la mise en place des actions mais, à moyen et long terme, c’est la bonne solution pour voir les transformations s’inscrire dans la durée, au plus proche des familles. A Madagascar, l’embauche prochaine d’un chargé de projet par UEPLM, devrait libérer du temps pour les chefs de projets et de programme d’AMADEA, en particulier pour ce qui concerne les tâches administratives de suivi/contrôle  budgétaire. Elles sont bien entendu nécessaires, mais ne correspondent pas à la culture de terrain de l’association. Pour nous, AMADEA,  l’évaluation se fait avant tout au regard des réussites et des échecs sur place.  En octobre prochain, les deux...