Manifestations en Franche Comté et Alsace

Manifestations en Franche Comté et Alsace

Le chanteur Philippe BORIE et le pianiste Christian TISSOT seront sur la scène du Grand Kursaal  à Besançon, le jeudi 3 mai à l’occasion des 40 ans du décès de Jacques BREL.
Ils nous proposent une promenade dans son répertoire. La soirée est donnée bénévolement par les artistes au bénéfice de l’association AMADEA, Enfance et Développement à Madagascar. 

N’hésitez pas à réserver dès maintenant avec le lien joint, et … partagez l’info avec vos amis!   Réservation en ligne : http://ypl.me/6KW
A bientôt
AMADEA, comité Franche-Comté
Les interprètes : http://www.caverna25.com

Coordonnées : Amadéa : 06 52 93 25 91

 

Collaboration avec NEVEM

Collaboration avec NEVEM

L’association « Nos Enfants vers les Enfants du Monde »(NEVEM) qui parraine depuis des années l’école préscolaire d’Antoby, a renforcé sa collaboration avec AMADEA.
Elle va financer la reconstruction de l’école de Antsonjombe qui a été ravagée par le cyclone qui a sévi début 2018, et aider les parents d’élèves pour le financement du salaire de l’enseignante du primaire. Ce village est extrêmement isolé; pour l’atteindre il faut faire une très longue route sur des pistes incertaines si bien qu’une école sur place est indispensable pour la scolarisation des enfants : il faut des locaux mais aussi un enseignant qui accepte de rejoindre tous les jours ce village du bout du monde.

NEVEM a également accepté de financer le repas de midi pour les enfants de l’école d’Ankarefo pendant la période de « soudure », soit pendant 2 mois (mars et avril). Ce village et ses alentours sont peuplés de famille très pauvres. Pendant cette période critique où le riz manque, les enfants n’ont plus la force d’apprendre et certains, qui habitent loin, ne viennent plus en classe pour économiser leurs forces.

Merci à NEVEM pour l’aide apportée à tous ces enfants.

100_1281

CREATION D’UNE SECHERIE

CREATION D’UNE SECHERIE

AMADEA soutient le projet d’unité d’agrotransformation de la coopérative Tsinjo,
dans le cadre de ses actions de développement d’activités génératrices de revenu,
en partenariat avec le
CEAS (Centre écologique Albert Schweitzer)(voir « Développement communautaire »)

Inauguration de la sécherie : aboutissement de 3 ans de travail

(voir ci-dessous le travail en amont)

11-Sécherie et savonnerie     Batiment sécherie   Image2b

 

Image F8     Image F11     Image11

 

En amont

Depuis 20 ans, AMADEA accompagne les paysans d’une zone rurale  au N.O. d’Antananarivo dans le développement rural intégré. Actuellement, plus de 1000 familles développent une agriculture familiale dans le respect de l’environnement.

Depuis 2013,  les paysans qui travaillent avec AMADEA se sont organisés en 2 fédérations (VTMMA) puis ont créé en 2015  une coopérative, la coopérative TSINJO. Ainsi ils sont en capacité  de valoriser leur production agricole (certification de semences, projet d’amélioration des cultures) et d’améliorer les conditions de vie de leurs familles.
Dans ce cadre de développement d’activités génératrices de revenu et  d’acquisition de  compétences organisationnelles,  ils font la demande de soutien pour la mise en place d’une unité d’agrotransformation,  en vue de produire des fruits séchés, pâtes de fruits et confitures à partir de leurs récoltes de fruits frais.

Le physalis est apparu comme un bon fruit de démarrage, sain, peu proposé mais demandé du fait de ses propriétés bénéfiques pour la santé et son bon goût. Sa culture et sa consommation sont habituelles à Madagascar. La consommation des fruits séchés est en augmentation dans les pays du Nord, le physalis peut y avoir toute sa place.
Amadéa a travaillé pour définir la meilleure sélection de physalis en vue de transformation en fruits séchés, les paysans intéressés ont repris les plans sélectionnés et les cultivent.

 Physalis                     fruit-physalis                   champ-physalis

En 2015, une ONG suisse basée à Neuchâtel, le CEAS (Centre Ecologique Albert Schweitzer) et travaillant dans le développement agricole dans les pays du Sud dont Madagascar, a reconnu le travail de terrain d’AMADEA, l’organisation et les compétences des paysans et a proposé à AMADEA une expertise économique et technique pour ce projet de sècherie, ainsi qu’une participation au financement global du projet. Un accord cadre de coopération a été signé entre AMADEA et le CEAS début 2016, puis une convention de coopération pour ce projet : mise en place d’une unité d’agrotransformation  dans la commune de Mahazaza pour la coopérative TSINJO.

Le projet a donc pris forme en mutualisant toutes les compétences :
-          CEAS : expertise technique et économique
-          AMADEA : connaissance du terrain et des acteurs,  savoir faire dans le développement rural intégré, coordonnateur du projet sur le terrain
-          Coopérative TSINJO : mise en place d’une équipe formée et compétente pour la transformation des fruits et la gestion de l’activité
-          VTMMA (groupements de paysans travaillant avec AMADEA) : production de fruits de qualité, en quantité suffisante.

L’année 2016 a permis de lever les financements publics et privés pour la mise en route du projet : viabilisation du terrain, construction du bâtiment,  formation à la transformation de fruits, développement de stratégie  de commercialisation (atelier de lancement, publicité et sensibilisation, recherche sur le packaging).
AMADEA finance 1/3 du budget global du projet grâce au soutien de la région Bourgogne Franche-Comté, de la ville de Besançon, de l’entreprise Espace Mont D’Or ainsi que grâce aux dons de particuliers.

Le CEAS dont l’objectif est de co-développer des innovations techniques au service de la lutte contre la pauvreté et les partager aux paysans, artisans et micro-entrepreneurs africains finance les 2/3 du budget global du projet.
La coopérative TSINJO dont AMADEA est membre sera propriétaire et gestionnaire de cette entreprise.

La sélection des fruits, leur acheminement, le tri et la transformation, le packaging et la commercialisation demandent des fonds pour la première année ;  AMADEA avec le CEAS est engagé dans l’accompagnement  des paysans et de la coopérative.  La région Bourgogne Franche-Comté ainsi que l’entreprise Espace Mont D’Or apportent toujours leur soutien financier pour cette phase.

ville-besancon                00db0b4dc20e4451da355c0efc2ed324_400x400        870x489_logo_bfc1            Logo CEAS2            Logo_fond-vert redimensionné

 

L’énergie photovoltaïque au service du développement local à Madagascar

L’énergie photovoltaïque au service du développement local à Madagascar

KIosque-Amberomanga         eclairage          plaque-kiosque

Dans les régions rurales reculées de Madagascar, l’accès aux services essentiels tels que l’électricité fait bien souvent défaut. En effet, 95% de la population rurale de Madagascar n’a pas accès à l’énergie électrique. Or, celle-ci devient rapidement indispensable et son absence handicape le quotidien des familles habitant ces zones rurales.

Face à cette problématique, AMADEA et plusieurs acteurs se sont peu à peu mobilisés afin de trouver une solution efficace et peu coûteuse : c’est ainsi qu’a émergé l’idée d’édifier des kiosques solaires.

Le projet vise à implanter 3 kiosques solaires dans différents villages en zone rurale. Les kiosques ont été pensés de façon à répondre à plusieurs besoins simultanément. En effet, ils serviront à électrifier les écoles alentours, assurant ainsi l’éclairage des salles de classes et l’usage d’appareils électriques comme des ordinateurs ou des frigos. De plus, ils apporteront un éclairage dans les lieux publics à travers la mise en place de projecteurs, prodiguant ainsi une plus grande sécurité, et l’opportunité d’organiser des événements en soirée. Enfin, les kiosques solaires permettront aux familles de recharger des téléphones ou du matériel informatique ainsi que des lampes. Ce projet de kiosques solaires résulte de la collaboration de différents acteurs, dont les premiers ont été les habitants des villages concernés qui ont donné l’impulsion nécessaire au projet. AMADEA est venue appuyer cette initiative, en collaboration avec le CEAS (Centre Ecologique Albert Schweitzer) et l’entreprise JIRO VE qui assure la gestion technique des kiosques. Ces acteurs gèrent ensuite l’utilisation et le maintien des infrastructures grâce à un comité de gestion.

Si le troisième kiosque est encore à l’état de projet (à Mahambo), un second est en cours de construction et le premier a été récemment mis en service. Celui-ci est situé à Amberomanga, sur les hauts plateaux malgaches, et a été inauguré le 2 septembre dernier. Ce premier kiosque s’avère être une réussite puisqu’il bénéficie déjà aux 100 élèves des écoles préscolaires et primaires d’Amberomanga ainsi qu’aux 200 familles du village.

 

Ce projet d’électrification est un pilier pour le développement local, en répondant à la fois à une ambition environnementale et sociale. Grâce à la mise en place d’une source d’éclairage à moindre coût s’appuyant sur l’énergie solaire, le projet de kiosques répond aux besoins des villages et de leurs habitants. L’accès à l’énergie électrique assure des conditions favorables pour l’apprentissage des enfants et améliore le quotidien des familles.

PROJET DE SAVONNERIE

PROJET DE SAVONNERIE

Fabriquer des savons avec toute la richesse qu’offre la biodiversité de Madagascar : un nouveau challenge est lancé avec Amadea.

Savons naturels

Savons naturels

Un projet « porteur  » : voir la video

Après la formation d’un mois donnée par Solen et Yampa de l’atelier F’Anes de Carottes à une quinzaine de paysans partenaires d’Amadea, ces derniers ont décidé de créer une savonnerie artisanale dans le village d’Andranovelona au Nord-Ouest d’Antananarivo.

Apprendre les techniques de la saponification à froid a été une découverte passionnante pour les paysans mais les formatrices aussi ont été émerveillées par la richesse qu’offre la nature pour donner aux savons une palette inépuisable de texture, de senteurs et de couleurs.

Ce mariage du savoir-faire de la saponification à froid et des plantes de Madagascar a permis de créer des savons originaux et qui, surtout, sont totalement biologiques. La qualité sans pareil des huiles essentielles tirées des plantes endémiques de Madagascar vient enrichir les recettes typiquement malgaches des savons fabriqués à l’issue de cette formation : savon au curcuma, au niaouli, au katrafay, au combava, au masonjoany … Une véritable recherche a été lancée pour travailler odeurs, couleurs et propriétés des savons.

 Dosages savon    Formation savon   FANE-logo

Un grand merci à l’atelier F’Anes de carottes pour son implication dans l’émergence de ce projet !

Des locaux ont été construits et équipés; les premières personnes formées ont pu former à leur tour d’autres paysans. La production a pu commencer. Cet investissement a permis de créer une nouvelle activité génératrice de revenus pour des familles qui vivent dans des zones rurales enclavées, pour celles qui fabriquent mais aussi pour celles qui cultivent les plantes nécessaires à la composition des savons.

Ce projet s’inscrit dans la même démarche de développement rural durable que celle qui préside à l’ensemble des actions menées par Amadea, depuis vingt ans, dans les communes des districts d’Ambohidratrimo et d’Ankazobe de la région Analamanga.

Une recherche de fonds sur une plate-forme de financement participatif HelloAsso (crowdfunding) est disponible si vous souhaitez vous aussi participer à la mise en route de la savonnerie. (Accéder à la plateforme de dons)

Ce projet a reçu le soutien de la région Nouvelle Aquitaine

Logo Nouvelle Aquitaine

Actualités sur Facebook

Un groupe Facebook vient d’être créé pour AMADEA-Enfance et Développement à Madagascar ainsi qu’une page AMADEA officielle.

Vous pourrez y trouver de nouveaux posts sur les interventions d’AMADEA à Madagascar.  Ils porteront sur les différents centres d’accueil pour enfants et les projets en cours pour la sécurité alimentaire et le développement d’activités génératrices de revenus.

N’hésitez pas à faire connaître et partager.