Des sacs à dos aux couleurs d’Amadea

Des sacs à dos aux couleurs d’Amadea

A chaque rentrée scolaire, Amadea fournit les cartables et fournitures nécessaires pour la scolarité des enfants des centres Mirana-Tsiky d’Antsirabe et Nomema de Mahambo. Petite nouveauté cette année : la fabrication des sacs à dos a été confiée à une entreprise locale malgache. Depuis le lancement du programme VAHATRA*, en partenariat avec l’ONG Un Enfant Par la Main, l’équipe malgache d’Amadea a réalisé un important travail d’identification de toutes les entreprises locales susceptibles de fournir près de 500 sacs à dos pour les enfants concernés par le parrainage. Cette expérience a été mise à profit pour commander des sacs à dos avec le logo et aux couleurs d’Amadea. La rentrée scolaire, à Madagascar, aura lieu le 26 octobre. A noter que les techniciens et les responsables des centres ne seront pas oubliés car eux aussi vont bénéficier de ces mêmes sacs à dos. Cette année, dans le cadre du programme VAHATRA, 843 kits scolaires seront distribués.Dans chaque sac à dos, sur lequel figureront les logos d’AMADEA et d’UEPLM, l’enfant trouvera toutes les fournitures adaptées à son niveau...
Encore une belle expo-vente à Pontarlier

Encore une belle expo-vente à Pontarlier

Merci à vous passants, sympathisants qui avez participé à l’expo-vente d’artisanat malgache proposée par Amadea ces Vendredi 2 et samedi 3 octobre à Pontarlier. ce fut un réel  plaisir de pouvoir partager pendant le week-end, ce savoir faire en terme d’artisanat. Et bien sûr, la réalisation de tous ces beaux projets menés à Madagascar par les groupements de paysans, tant en sericiculture, secherie, etc. Votre présence chaleureuse et votre participation financière à travers l’achat d’artisanat, contribuent à la pérennité des actions menées sur le terrain par Amadea. Encore merci pour...
Des semences pour Madagascar

Des semences pour Madagascar

C’est un joli cadeau à venir pour les groupements de paysans soutenus par AMADEA. Dans le cadre de son opération “Semences sans frontières”, l’association “Kokopelli” (www.kokopelli-semences.fr) a fait un don de semences et de graines qui vont prochainement être expédiées à Madagascar.    Depuis 20 ans, cette association de producteurs de semences installée en Ariège se bat pour que les semences libres et reproductibles – facteur important en matière d’autonomie alimentaire – soient accessibles à tous. Dans un colis adressé au comité AMADEA de Gironde, Kokopelli fournit une centaine de variétés de semences de plantes potagères, céréalières et de fleurs. Et pour accompagner utilement ces lots de graines, les responsables de l’association ont joint un dossier de conseils techniques pour aider à la multiplication des semences ainsi que leur “livre – bible” :  “Les semences de Kokopelli”. Cet ouvrage est à la fois un manuel de production de semences et une collection planétaire de variétés potagères. A noter que ce don ne devrait pas rester sans lendemain. Une fois les graines et les semences plantées et cultivées, Kokopelli attend un retour d’Amadea pour tirer le bilan de leur utilisation (conditions de plantation et de développement, résultats obtenus…). Cela permettra de mieux adapter de futurs envois de semences aux conditions de cultures locales. La campagne “semences sans frontières” Parmi toutes les actions mises en œuvre par l’association Kokopelli, la campagne internationale “Semences Sans Frontières” se veut une réponse concrète et utile aux demandes des paysans du tiers-monde et des pays en voie de développement.  Pour ces agriculteurs en situation de détresse alimentaire et fortement dépendants des semences hybrides fournies par des multinationales,...

Réussite pour les enfants du programme VAHATRA

🎓 Un grand bravo à tous les enfants qui ont passé avec succès leur certificat d’études primaires et élémentaires à Madagascar ! L’ensemble des écoles soutenues par le Programme #VAHATRA affiche un taux de 92,7% de réussite, bien au-dessus de la moyenne du district (71%). Cet excellent résultat est dû au travail exemplaire des enseignants, qui ont bénéficié des activités de continuité pédagogique mises en place par Un Enfant par la Main et son partenaire AMADEA, ces derniers mois, durant la crise de la Covid-19. . Grâce à leurs parrains, les enfants vont pouvoir poursuivre leurs études au niveau secondaire, et continuer à faire « la fierté de leurs parents » comme Mirindra le...

Amadea au marché des Continents, à Chambéry

Tous les 2 ans, la ville de Chambéry organise le Marché des continents. Une manifestation axée sur le thème de la solidarité internationale et qui allie concerts, danses, cuisine, forums et … un espace de visibilité pour les associations qui agissent dans ce domaine. Cette année, pour cause de crise sanitaire, le marché qui «souffle» ses 20 années d’existence a été raccourci d’une journée 1/2 et reporté du mois de juin au mois de septembre. Bien entendu, le comité RA-PACA d’AMADEA était présent. Cliquer sur une image pour lancer le diaporama Organisé sur la seule journée du samedi 12 septembre et dans le respect des normes sanitaires en vigueur, le marché des Continents avait cependant belle allure. Les animations proposées étaient multiples, les concerts éclectiques et la gastronomie … Multisensorielle ! 80 associations étaient représentées et le stand d’AMADEA n’a pas été le moins fréquenté. Pour Isabelle, Sabrina et Cathy, nos «habituées», la fréquentation a été finalement bonne, mais c’est la qualité des échanges avec les visiteurs qui s’est avérée en nette amélioration. Des envies de dialogue … Des demandes d’information plus précises … Une recherche de davantage de convivialité … Peut-être faut-il y voir un «effet post-COVID-19» ?Point positif également, la vente d’artisanat malgache a rapporté cette année près de 600€. Ambiance « bon enfant » dans le parc du Verney, à...

La Charente Libre parle d’AMADEA

Dans un article publié dans ses colonnes et sur son site Web le 29 juin 2020, le quotidien régional « La Charente Libre » revient sur l’action d’Amadea en faveur du développement rural à Madagascar. AUNAC, BASE DE PROJETS HUMANITAIRES AMBITIEUX La savonnerie artisanale a été créée il y a deux ans pour le marché intérieur malgache. Repro CL Par Céline AUCHER, publié le 29 juin 2020 à 19h16. Basée à Aunac-sur-Charente, l’association Amadéa développe un gros projet de production d’huiles essentielles à Madagascar. Avec l’aide de la Région. Rue de la Charente, passé le pont d’Aunac, la plaque est aussi discrète que les projets humanitaires d’Amadéa sont ambitieux. Qui sait que cette association nationale tournée vers l’enfance et le développement touche près de 10 000 personnes à Madagascar? « À raison de 90 groupements de dix personnes qui représentent chacune des familles nombreuses, on ne devrait pas être loin » , sourit Marie-Thérèse Miremont, présidente et fondatrice d’Amadéa, qui vient de recevoir une aide de 13 000€ de la Région pour développer la production d’huiles essentielles locales, extraites sur place, et la culture de plantes médicinales et aromatiques dans la région des hauts plateaux de la province de Tananarive. La suite directe de la savonnerie artisanale créée il y a deux ans, qui utilise des huiles essentielles pour parfumer les savons. « Un nouveau projet mené avec Valéry Bouyer, producteur bio à la tête de la ferme Plantabenèze en Charente-Maritime, détaille Marie-Thérèse Miremont. Ce professionnel donne de son temps pour nous aider à choisir le matériel et viendra à Madagascar pour l’installer et former les Malgaches. » Seul l’alambic d’occasion est déjà sur place. Avril 2021, c’est l’objectif de l’association pour concrétiser les choses. « Si l’épidémie de covid...
Assemblée Générale annuelle à la campagne pour le comité Franche Comté

Assemblée Générale annuelle à la campagne pour le comité Franche Comté

Dans un cadre bucolique et en petit comité, AMADEA-Franche Comté a tenu son AG annuelle, mardi 23 Juin 2020. Après approbation des rapports présentés par la présidente Monique Gry , la réunion a surtout été animée par les échanges avec Patrick et Lalao Johannes, les « pilotes » de l’association à Madagascar, retenus en France depuis le début du confinement. Le point sur les dossiers en cours Le suivi de la crise de la COVID-19 à Madagascar, la poursuite du partenariat avec UEPLM, la situation dans les centres d’accueil d’Antsirabe et de Mahambo, le point sur la sécherie d’Andranovelona et sur les évolutions techniques En cours, les kiosques solaires, l’enseignement et la formation des enseignants soutenus par Amadea, les subventions obtenues auprès de la ville de Besançon et l’instruction du dossier en cours auprès du conseil régional Bourgogne Franche Comté …  Et comme il est de bon ton en ce début d’été, la réunion s’est terminée en partageant quelques bonnes choses préparées par les uns et les...

Une aide « essentielle » de la Région Nouvelle Aquitaine

En cette période quelque peu perturbée, heureuse nouvelle pour l’association : la commission permanente de la Région Nouvelle Aquitaine qui s’est réunie le 15 juin 2020 à Bordeaux, a décidé d’accorder une aide substantielle à AMADEA pour son projet d’unité de production d’huiles essentielles à Madagascar. Extrait du courrier du Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine Un projet qui a emporté l’adhésion 2 ans après avoir apporté leur aide à la création de la savonnerie artisanale, les élus régionaux ont également décidé de soutenir ce nouveau projet. Il prévoit l’élargissement de l’activité de la coopérative Tsinjo d’Andranovelona, à la production d’huiles essentielles produites localement et extraites sur place. A Madagascar, il existe une grande variété de plantes aromatiques et médicinales endémiques qui peuvent être distillées et qui permettent également d’élaborer des tisanes et autres décoctions curatives. Par ailleurs, cette nouvelle activité contribue à la protection de l’environnement, au reboisement et au développement économique de l’Analamanga (Région des Hauts Plateaux). Les conseillers régionaux ont été également sensibles au fait que sur le territoire de la Nouvelle-Aquitaine, AMADEA propose de nombreuses actions de communication : festivals, forum, marchés de Noël et autres manifestations. L’association, ont-ils également noté, intervient régulièrement dans les écoles, collèges, lycées pour des sessions de sensibilisation à la solidarité internationale et à l’éducation citoyenne ou sur des thèmes plus spécifiques comme l’accès à l’eau, le développement durable. Un producteur d’huiles essentielles de Charente Maritime associé au projet Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, Valery BOUYER, exploitant la ferme de plantes aromatiques et médicinales “Plantabenèze“ à Aumagne (17), a accepté de partager ses compétences et de venir guider l’installation et la mise...
AMADEA et UEPLM : une collaboration respectueuse

AMADEA et UEPLM : une collaboration respectueuse

Mercredi 10 juin, en visioconférence (COVID-19 oblige …), a eu lieu la 2° rencontre entre AMADEA et UEPLM (Association « Un Enfant Par La Main »). Objectif : préparer, dans le cadre du partenariat en cours, le plan budgétaire pour l’année 2020. Quelques membres du C.A d’AMADEA, aux côtés de Patrick et Lalao JOHANNES, ont pu dialoguer avec le président d’UEPLM, Alain Gibert, la directrice, Joëlle Sicamois et le chef de mission à Madagascar, Jean-Baptiste Tobie. A distance, mais ensemble pour un même objectif : le bien-être des enfants Au terme de cette première année de partenariat avec UEPLM et au delà des aspects strictement budgétaires, les échanges ont tourné autour du très (trop) important investissement humain que cela a représenté pour AMADEA et de la nécessité que ce travail se fasse au bénéfice des populations villageoises, mais sans nuire aux actions historiques de développement menées par l’association.En France comme à Madagascar, AMADEA a toujours la volonté d’associer les acteurs locaux aux différents projets proposés. Cela peut occasionner des lenteurs dans la mise en place des actions mais, à moyen et long terme, c’est la bonne solution pour voir les transformations s’inscrire dans la durée, au plus proche des familles. A Madagascar, l’embauche prochaine d’un chargé de projet par UEPLM, devrait libérer du temps pour les chefs de projets et de programme d’AMADEA, en particulier pour ce qui concerne les tâches administratives de suivi/contrôle  budgétaire. Elles sont bien entendu nécessaires, mais ne correspondent pas à la culture de terrain de l’association. Pour nous, AMADEA,  l’évaluation se fait avant tout au regard des réussites et des échecs sur place.  En octobre prochain, les deux...