La Charente Libre parle d’AMADEA

Dans un article publié dans ses colonnes et sur son site Web le 29 juin 2020, le quotidien régional « La Charente Libre » revient sur l’action d’Amadea en faveur du développement rural à Madagascar. AUNAC, BASE DE PROJETS HUMANITAIRES AMBITIEUX La savonnerie artisanale a été créée il y a deux ans pour le marché intérieur malgache. Repro CL Par Céline AUCHER, publié le 29 juin 2020 à 19h16. Basée à Aunac-sur-Charente, l’association Amadéa développe un gros projet de production d’huiles essentielles à Madagascar. Avec l’aide de la Région. Rue de la Charente, passé le pont d’Aunac, la plaque est aussi discrète que les projets humanitaires d’Amadéa sont ambitieux. Qui sait que cette association nationale tournée vers l’enfance et le développement touche près de 10 000 personnes à Madagascar? « À raison de 90 groupements de dix personnes qui représentent chacune des familles nombreuses, on ne devrait pas être loin » , sourit Marie-Thérèse Miremont, présidente et fondatrice d’Amadéa, qui vient de recevoir une aide de 13 000€ de la Région pour développer la production d’huiles essentielles locales, extraites sur place, et la culture de plantes médicinales et aromatiques dans la région des hauts plateaux de la province de Tananarive. La suite directe de la savonnerie artisanale créée il y a deux ans, qui utilise des huiles essentielles pour parfumer les savons. « Un nouveau projet mené avec Valéry Bouyer, producteur bio à la tête de la ferme Plantabenèze en Charente-Maritime, détaille Marie-Thérèse Miremont. Ce professionnel donne de son temps pour nous aider à choisir le matériel et viendra à Madagascar pour l’installer et former les Malgaches. » Seul l’alambic d’occasion est déjà sur place. Avril 2021, c’est l’objectif de l’association pour concrétiser les choses. « Si l’épidémie de covid...
Assemblée Générale annuelle à la campagne pour le comité Franche Comté

Assemblée Générale annuelle à la campagne pour le comité Franche Comté

Dans un cadre bucolique et en petit comité, AMADEA-Franche Comté a tenu son AG annuelle, mardi 23 Juin 2020. Après approbation des rapports présentés par la présidente Monique Gry , la réunion a surtout été animée par les échanges avec Patrick et Lalao Johannes, les « pilotes » de l’association à Madagascar, retenus en France depuis le début du confinement. Le point sur les dossiers en cours Le suivi de la crise de la COVID-19 à Madagascar, la poursuite du partenariat avec UEPLM, la situation dans les centres d’accueil d’Antsirabe et de Mahambo, le point sur la sécherie d’Andranovelona et sur les évolutions techniques En cours, les kiosques solaires, l’enseignement et la formation des enseignants soutenus par Amadea, les subventions obtenues auprès de la ville de Besançon et l’instruction du dossier en cours auprès du conseil régional Bourgogne Franche Comté …  Et comme il est de bon ton en ce début d’été, la réunion s’est terminée en partageant quelques bonnes choses préparées par les uns et les...

Une aide « essentielle » de la Région Nouvelle Aquitaine

En cette période quelque peu perturbée, heureuse nouvelle pour l’association. La commission permanente de la Région Nouvelle Aquitaine qui s’est réunie le 15 juin 2020 à Bordeaux, a décidé d’accorder une aide substantielle à AMADEA pour son projet d’unité de production d’huiles essentielles à Madagascar. Extrait du courrier du Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine Un projet qui a emporté l’adhésion 2 ans après avoir apporté leur aide à la création de la savonnerie artisanale, les élus régionaux ont également décidé de soutenir ce nouveau projet. Il prévoit l’élargissement de l’activité de la coopérative Tsinjo d’Andranovelona, à la production d’huiles essentielles produites localement et extraites sur place. A Madagascar, il existe une grande variété de plantes aromatiques et médicinales endémiques qui peuvent être distillées et qui permettent également d’élaborer des tisanes et autres décoctions curatives. Par ailleurs, cette nouvelle activité contribue à la protection de l’environnement, au reboisement et au développement économique de l’Analamanga (Région des Hauts Plateaux). Les conseillers régionaux ont été également sensibles au fait que sur le territoire de la Nouvelle-Aquitaine, AMADEA propose de nombreuses actions de communication : festivals, forum, marchés de Noël et autres manifestations. L’association, ont-ils également noté, intervient régulièrement dans les écoles, collèges, lycées pour des sessions de sensibilisation à la solidarité internationale et à l’éducation citoyenne ou sur des thèmes plus spécifiques comme l’accès à l’eau, le développement durable. Un producteur d’huiles essentielles de Charente Maritime associé au projet Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, Valery BOUYER, exploitant la ferme de plantes aromatiques et médicinales “Plantabenèze“ à Aumagne (17), a accepté de partager ses compétences et de venir guider l’installation et la mise en...
AMADEA et UEPLM : une collaboration respectueuse

AMADEA et UEPLM : une collaboration respectueuse

Mercredi 10 juin, en visioconférence (COVID-19 oblige …), a eu lieu la 2° rencontre entre AMADEA et UEPLM (Association « Un Enfant Par La Main »). Objectif : préparer, dans le cadre du partenariat en cours, le plan budgétaire pour l’année 2020. Quelques membres du C.A d’AMADEA, aux côtés de Patrick et Lalao JOHANNES, ont pu dialoguer avec le président d’UEPLM, Alain Gibert, la directrice, Joëlle Sicamois et le chef de mission à Madagascar, Jean-Baptiste Tobie. A distance, mais ensemble pour un même objectif : le bien-être des enfants Au terme de cette première année de partenariat avec UEPLM et au delà des aspects strictement budgétaires, les échanges ont tourné autour du très (trop) important investissement humain que cela a représenté pour AMADEA et de la nécessité que ce travail se fasse au bénéfice des populations villageoises, mais sans nuire aux actions historiques de développement menées par l’association.En France comme à Madagascar, AMADEA a toujours la volonté d’associer les acteurs locaux aux différents projets proposés. Cela peut occasionner des lenteurs dans la mise en place des actions mais, à moyen et long terme, c’est la bonne solution pour voir les transformations s’inscrire dans la durée, au plus proche des familles. A Madagascar, l’embauche prochaine d’un chargé de projet par UEPLM, devrait libérer du temps pour les chefs de projets et de programme d’AMADEA, en particulier pour ce qui concerne les tâches administratives de suivi/contrôle  budgétaire. Elles sont bien entendu nécessaires, mais ne correspondent pas à la culture de terrain de l’association. Pour nous, AMADEA,  l’évaluation se fait avant tout au regard des réussites et des échecs sur place.  En octobre prochain, les deux...

Amadea et UEPLM en partenariat contre la COVID-19

Face aux risques sanitaires liés à l’épidémie mondiale de Coronavirus, AMADEA et l’association «UN ENFANT PAR LA MAIN» (UEPLM) ont mis en oeuvre un plan d’action dans les 11 écoles préscolaires et primaires ainsi que dans les 2 collèges concernés par le programme VAHATRA. Le plan d’action commun comporte trois volets : – Un volet sanitaire (de loin le plus important) – Un volet pédagogique et de sensibilisation – Un volet alimentaire Volet Sanitaire Désinfection de toutes les salles de classe, chaque fin de semaine, pendant 1 mois 1/2.Les 13 écoles ont été dotées d’un pulvérisateur et sous la supervision d’un enseignant, une personne a été formée et équipée en conséquence (Masque et gants) pour effectuer ce travail.Le produit utilisé est du VIROCIDE (flacons de 500 ml, dilué dans 40 l d’eau) Déballage des premiers pulvérisateurs Des bacs de désinfectant pour les chaussures ont été installés à l’entrée de chaque salle de classeChaque élève a reçu 2 masques en coton doublé (lavables) ainsi que du savon.Pour le lavage des mains et leur désinfection pendant les cours, mise à disposition de 138 bidons d’eau savonneuse de 20 litres ainsi que des flacons de gel hydro alcoolique de 1 litre (un par classe).Fourniture de blouses pout tous les enseignants qui n’en avaient pas encore. Stock de gel hydro alcoolique Volet pédagogique Des séances de sensibilisation animées par le médecin d’Amadea ont été organisées dans chacune des 11 écoles préscolaires et primaires.300 livrets en malgache et une soixantaine d’affiches sur les gestes barrière ont été distribués dans toutes les écoles des kits de fournitures scolaires (cahiers et stylos) ont été distribués à...

L’Assemblée Générale 2021, déjà sur les rails !

La date et le lieu de la prochaine assemblée générale d’AMADEA sont déjà fixés.Elle se tiendra du 20 au 21 mars 2021 dans un lieu bien connu des adhérents : le Domaine de Fohet, à La Bourboule.Une date que vous pouvez dés à présent retenir sur vos agendas ! Le Domaine de Fohet (Puy de...
Assemblée générale 2020     en visioconférence …         Une première pour Amadea

Assemblée générale 2020 en visioconférence … Une première pour Amadea

Cette année, les mesures de confinement et les restrictions de déplacement liées à la crise du Coronavirus ont empêché la tenue de l’Assemblée Générale ordinaire, prévue les 21 et 22 mars à La Bourboule (Cantal). Elle a donc été reportée au 9 mai, mais sous une forme inédite pour l’association … En visioconférence ! Compte tenu du nombre de participants annoncés, une solution technique adaptée a été mise en place pour permettre de les accueillir et répondre aux différents points abordés dans les 2 rapports (financier et moral) soumis au vote. Par ailleurs, des élections étaient également prévues cette année pour renouveler plusieurs membres du conseil d’administration. Celles- ci ont pu être réalisées en amont et pendant l’assemblée générale, à travers une procédure de vote électronique. (voir en bas de page) Un début d’année perturbé par le COVID-19 Si le bilan de l’année 2019 s’avère être plutôt bon, les activités et le fonctionnement de l’association en ce début d’année sont fortement impactés par la crise actuelle : perte de recettes liées aux ventes et manifestation diverses qui n’ont pu avoir lieu … Annulation des départs à Madagascar de plusieurs groupes de jeunes … Service civique en attente de renouvellement … Et fort ralentissement (mais pas un gel total) des différents projets en cours à Madagascar. Autre conséquence dommageable pour Lalao et Patrick Johannes qui sont – comme chaque année, venus en France pour l’Assemblée générale. Après 2 mois passés loin de chez eux, ils ne savent toujours pas quand ils pourront rentrer à Madagascar ! Durant près de 4h, Marie-Thérèse Miremont, présidente d’Amadea, a animé l’AG puis le CA....

Campagne d’information sur les actions d’AMADEA

Pour mettre à profit la période de confinement liée à l’épidémie de Coronavirus, Caroline Rasolofomanana (service civique à Lyon (2019-2020) a réalisé, sur les réseaux sociaux, une campagne d’information sur les activités de l’association.Il s’agit de « visuels » publiés sur la page Facebook et le compte Instagram ainsi qu’un film de 3 minutes sur la chaîne Youtube d’Amadea. A retrouver également sur notre page Facebook et sur notre compte Instagram Cliquer sur une image pour lancer le diaporama La vidéo, sur notre chaîne...

Prévention du COVID-19 au centre Mirana Tsiky d’Antsirabe

Face à l’épidémie de Coronavirus qui, à ce jour et fort heureusement, n’a pas eu les mêmes conséquences qu’en France, les responsables d’Amadea à Madagascar, ont pris plusieurs mesures de précaution. Objectif : limiter au maximum les risques de contamination pour les jeunes hébergés au centre d’accueil d’Antsirabe. Récit de notre correspondant sur place : Olivier Jenös Lantonirina Au Centre Mirana Tsiky d’Antsirabe, des mesures de précaution ont été prises avant même la déclaration du Président de la République malgache, le 20 mars 2020, annonçant qu’il y avait 3 cas confirmés de COVID-19 à Madagascar.Voici un résumé de ce qui s’est passé. Réunion avec les responsables, les adolescents et le personnel  concernant les précautions à prendre face au coronavirus.Affichage des mesure de prévention dans tous les endroits fréquentés par le personnel et les jeunes accueillis au centre : cuisine, dortoir, salle d’étude, toilette, etc.Mise en place de savon dans tous les points d’eau et installation d’espaces de lavage supplémentaires pour pouvoir se laver les mains le plus souvent possible.  Les mesure de confinement ont été bien suivies : quelques membres du personnel qui habitent à l’extérieur du centre ont été arrêtés momentanément. En plus d’une alimentation équilibrée, les jeunes du centre bénéficient de «remèdes» locaux» : Utilisation de feuilles de Ravintsara et de Kininimpotsy (Eucalyptus) en tisane.Consommation d’avocat tous les jours avec du citron  (nous avons des citronniers plantés dans le centre).Prise régulière de spiruline et de tisane d’artemisia tous les 3 jours. Ce sont des éléments qui contribuent au renforcement des anticorps. PS : On aimerait adresser nos remerciements à Tonton Patrick et Tatie Lalao et aussi à toute l’équipe de...