La formation professionnelle

 

La formation professionnelle des jeunes malagasy est au coeur des actions d’AMADEA à Madagascar.

A travers la création de centres de formation, l’objectif est de préparer ces jeunes à leur future vie d’adulte en leur donnant un maximum de moyens et d’outils pour leur permettre d’accéder à un emploi salarié, ou, au minimum, de gagner de quoi vivre de manière indépendante et décente.

À l’origine du développement des centres de formation et de l’ouverture de formations courtes, adaptées au niveau de chacun, se trouve une demande des jeunes de la région d’Antanetibe – Mahazaza, sortis du système scolaire avant d’avoir eu l’opportunité de suivre une formation professionnalisante.

AMADEA a ainsi transposé des formations destinées aux paysans adultes en formations adaptées pour les jeunes.

Ces formations se basent sur différents domaines liés principalement à l’artisanat que l’on trouve dans les zones rurales malgaches, et se calquent entre-autre sur les activités développées par AMADEA et ses partenaires, à l’instar de la sécherie, de la sériciculture, de la savonnerie….

On y trouve ainsi des cours de cuisine, de pâtisserie, de menuiserie, sur les cultures maraichères, de couture, d’informatique, de perfectionnement en français… Les jeunes sont par ailleurs incités à partager leurs connaissances et leurs envies dans d’autres domaines, comme la musique et la poterie.

La mise en place de tels lieux n’est pas sans difficultés. Ces formations requièrent bien souvent du matériels spécifiques, des locaux et des personnes étant capables de transmettre leur expertise et leur savoir-faire.

À Mahazaza, la « maison de l’AMADEA » comme l’appellent les habitants, est un véritable point-relais.

Le centre dispose d’une petite salle d’informatique au rez-de-chaussée de la structure, équipée d’ordinateurs portables.

Les cours d’informatique ont lieu le vendredi et le samedi et se déroulent en trois sessions d’une durée de deux à trois heures. Ces différents ateliers sont aussi l’occasion de faire des rencontres et d’échanger, ils représentent des lieux d’animations qui participent au mieux-vivre de la campagne et contribuent à la prévention de l’exode rural des jeunes.

Articles en lien :

Formation au tissage de tabourets à la sècherie Tsinjo

Pour diversifier les activités du personnel de l’unité d’agro-transformation de la coopérative Tsinjo, une formation au tissage d’assises de tabourets s’est déroulée à la sècherie d’Andranovelona,, du 13 au 20 novembre 2019. 8 salariés de la sècherie (7 jeunes filles et 1 jeune homme) ainsi que 2 jeunes mères célibataires (une mineure et une autre qui vient tout juste d’avoir 18 ans) ont été formés par RAZAOZY (par ailleurs responsable de l’atelier Tsiky de PatMad/CEAS). C’est un des rares artisans soucieux de transmettre son savoir et de former des jeunes pour perpétuer tout ce que son parcours personnel lui a permis d’acquérir. La technique de tissage des assises des tabourets est originaire du Burkina Fasso. Prochaine étape : trouver un parrainage pour les 2 jeunes mamans afin de faciliter leur installation et qu’elles puissent rapidement démarrer cette activité réalisable à domicile. Voir la vidéo...

Création d’un centre de formation

Le centre Mirana-Tsiky et les divers centres d’accueil pour enfants et jeunes en difficulté, à Antsirabe, se trouvent confrontés à la même problématique : les placements temporaires deviennent définitifs. Dès lors les centres ne doivent pas se limiter à la prise en charge des enfants pendant la période critique qui a conduit à leur placement, mais doivent préparer leur vie d’adulte. Les placements directs en apprentissage sont hasardeux et les centres de formation hors de portée financière. Le projet de créer un petit centre de formation destiné à ces jeunes, a donc germé. AMADEA a déjà une expérience de formation de base en français, informatique, cuisine, pâtisserie, couture, tricot dans la région rurale où elle intervient auprès des paysans. Ces formations simples, directement utilisables, ont déjà permis aux bénéficiaires de créer leur propre activité professionnelle. Par ailleurs AMADEA disposait d’un terrain constructible à Antsirabe et de personnes compétentes pour dispenser des formations, en outre elle a pris des contacts avec un organisme qui met des formateurs volontaires à disposition. Ce projet a séduit les étudiants de UNIRAID-Madagascar qui ont prêté leur concours à la construction. L’essentiel du matériel a été acheminé. Amadea cherche actuellement des financements pour terminer les travaux. Pour participer à ce projet cliquer...