La formation professionnelle

 

La formation professionnelle des jeunes malagasy est au coeur des actions d’AMADEA à Madagascar.

A travers la création de centres de formation, l’objectif est de préparer ces jeunes à leur future vie d’adulte en leur donnant un maximum de moyens et d’outils pour leur permettre d’accéder à un emploi salarié, ou, au minimum, de gagner de quoi vivre de manière indépendante et décente.

À l’origine du développement des centres de formation et de l’ouverture de formations courtes, adaptées au niveau de chacun, se trouve une demande des jeunes de la région d’Antanetibe – Mahazaza, sortis du système scolaire avant d’avoir eu l’opportunité de suivre une formation professionnalisante.

AMADEA a ainsi transposé des formations destinées aux paysans adultes en formations adaptées pour les jeunes.

Ces formations se basent sur différents domaines liés principalement à l’artisanat que l’on trouve dans les zones rurales malgaches, et se calquent entre-autre sur les activités développées par AMADEA et ses partenaires, à l’instar de la sécherie, de la sériciculture, de la savonnerie….

On y trouve ainsi des cours de cuisine, de pâtisserie, de menuiserie, sur les cultures maraichères, de couture, d’informatique, de perfectionnement en français… Les jeunes sont par ailleurs incités à partager leurs connaissances et leurs envies dans d’autres domaines, comme la musique et la poterie.

La mise en place de tels lieux n’est pas sans difficultés. Ces formations requièrent bien souvent du matériels spécifiques, des locaux et des personnes étant capables de transmettre leur expertise et leur savoir-faire.

À Mahazaza, la « maison de l’AMADEA » comme l’appellent les habitants, est un véritable point-relais.

Le centre dispose d’une petite salle d’informatique au rez-de-chaussée de la structure, équipée d’ordinateurs portables.

Les cours d’informatique ont lieu le vendredi et le samedi et se déroulent en trois sessions d’une durée de deux à trois heures. Ces différents ateliers sont aussi l’occasion de faire des rencontres et d’échanger, ils représentent des lieux d’animations qui participent au mieux-vivre de la campagne et contribuent à la prévention de l’exode rural des jeunes.

Articles en lien :

Création d’un centre de formation

Le centre Mirana-Tsiky et les divers centres d’accueil pour enfants et jeunes en difficulté, à Antsirabe, se trouvent confrontés à la même problématique : les placements temporaires deviennent définitifs. Dès lors les centres ne doivent pas se limiter à la prise...