Extension du centre « Mirana-Tsiky » pour la protection d’enfants en situation difficile à Antsirabe

                                   Mirana-batiment-nouveau

Il n’existait pas encore à Antsirabe, comme dans beaucoup d’autres villes, de structure d’accueil pour les enfants en situation d’urgence sociale comme par exemple les enfants maltraités, dans les cas où leur protection nécessite un éloignement de leur environnement familial. Souvent, le Juge des enfants n’a d’autres alternatives que de les faire « héberger » en centre de détention exposant ainsi ces enfants à de grands risques d’atteinte physique et morale.

Ce projet de création de structure qui accueille des enfants en situation difficile a été mené avec un partenaire malgache principal, gestionnaire du centre, l’APE (Agir pour la Protection de l’Enfance) et 2 autres partenaires malgaches, l’un intervient auprès des femmes et enfants de détenus (AFEP), l’autre était responsable d’un centre de formation alternative pour les adolescentes exclues du système scolaire classique (Hortensia). Les autorités locales et les organismes qui interviennent directement ou indirectement dans la prise en charge de ces enfants-cibles ont été consultés. Toutes ces instances ont convenu du manque aigü d’une telle structure pour les mesures de protection des enfants, absence qui entrave l’accomplissement de leurs missions respectives.

Le centre qui a ouvert en 2004 accueille en moyenne 20 pensionnaires pour une durée de 6 mois à 2 ans : enfants maltraités, enfants de parents emprisonnés, enfants condamnés pour de menus larcins (commis bien souvent pour se nourrir), enfants trouvés sans famille. Tous ces enfants ont été placés par le juge. Ce projet reste d’actualité puisque il serait nécessaire de porter progressivement sa capacité d’accueil totale à 40 lits. Le centre a débuté avec 10 places, une première extension a porté le nombre de places à 20 en 2007. Une deuxième extension est en cours de finition bien que déjà habitée. Elle permettra d’accueillir 30 enfants quand le budget de fonctionnement sera trouvé pour ces 10 enfants supplémentaires.

Nous recherchons des parrains pour assurer le fonctionnement du centre et le suivi scolaire des enfants après le retour dans leur famille.

 

L’évolution

Mirana accueil enfants des rues

Le déroulement

Les travaux ont commencé en juillet 2011 avec une équipe d’élèves ingénieurs du bâtiment. Les fonds pour le gros oeuvre sont offerts par des personnes privées et l’association Tiers Monde de la Caisse des Dépôts et Consignation suite à deux voyages solidaires organisés par le comité d’entreprise avec l’agence de voyage « Partir ».
Des jeunes bénévoles de l’association « Grandir-à » en mission à Antsirabe sont venus prêter main forte pour des travaux d’aménagement dont celui d’un grand bac à laver (cf la photo).

eleves ingenieurs                    vue generale mirana                     chantier Mirana2

mirana

bac a laver                         avec toit

Fidèle à sa méthode, Amadea continue de progresser en fonction de ses moyens, par étapes mais avec détermination, vers le but fixé initialement (capacité d’accueil de 40 enfants). L’extension en cours vise à ouvrir 10 places supplémentaires pour porter la capacité à 20 puis 30 pensionnaires.
Cette construction s’est faite avec le soutien de l’association Tiers Monde de la CDC, une équipe d’élèves ingénieurs, les compagnons de Brunoy, des bénévoles et des donateurs privés.

Il reste maintenant à finir d’équiper ces locaux et à accroître le budget de fonctionnement pour accueillir des enfants supplémentaires.

Pour en savoir plus sur ce centre

 

En 2014, l’équipe de jeunes bénévoles de « Grandir-à » est revenu au centre pour des travaux de peinture et l’équipement des espaces sanitaires du nouveau bâtiment.
Ces jeunes ont pu ainsi loger dans ces locaux neufs. Après leur départ, les filles, pensionnaires du centre, ont investi les lieux.
Les locaux sont donc habités bien qu’il reste encore des travaux à faire : fosse sceptique, carrelage de la grande salle et équipement photovoltaïque.
En effet l’électricité distribuée par la JIRAMA subit de fréquents délestages et surtout des variations importantes d’intensité qui endommage le matériel, en particulier informatique, rend inutilisable le réfrigérateur et ne permet pas d’alimenter tous les bâtiments…

orphelinat                        chemin ecole

voir la page consacrée à ce centre

Nous avons besoin de soutiens financiers pour terminer ce projet
et, ensuite, pour l’accueil de nouveaux enfants.

 

 

Soumettre