Notre histoire

AMADEA – Enfance et développement à Madagascar, a été créée en 1986 sous le nom des « Amis de Topaza ».

L’association s’est donné pour mission de travailler avec les Malgaches pour les accompagner dans leur lutte contre la pauvreté. Elle a pour principale spécificité d’intervenir dans 3 secteurs d’activités :

 

 

Pour réaliser ces objectifs, AMADEA s’est fixé des règles de conduite à ne pas transgresser. Une philosophie propre à l’association s’est ainsi construite :

- Il ne s’agit pas, pour AMADEA, de s’imposer comme acteur du développement malgache, mais bien d’aider les Malgaches à être les acteurs de leur propre développement dans une logique de coopération et non « d’assistanat ».

- AMADEA cherche toujours à satisfaire des demandes locales émanant d’associations ou de groupements de villageois. L’engagement des demandeurs est une condition indispensable.

- Parmi toutes les propositions émanant des Malgaches, AMADEA privilégie celles qui sont reproductibles et qui bénéficient au plus grand nombre.

- Les actions d’AMADEA sont fondées sur la tolérance, le refus de l’exclusion, le respect des différences, des valeurs culturelles et religieuses; elles sont un soutien actif au peuple malgache, dans le respect de son identité.


 

Notre dispositif

EN FRANCE :
– 1 permanent à temps partiel (18h par semaine)
- 1,5 étudiant(s) en Service Civique pour une durée de 6 mois avec une période commune de 3 mois 
– Une centaine de bénévoles pour plus de 6 équivalents temps plein
– 500 adhérents – plus de 1000 donateurs
– Plus de 3500 sympathisants
6 comités et 4 groupes informels à travers toute la France.

A MADAGASCAR :
– 2 responsables malgaches qui encadrent une équipe de 60 personnes.

Récapitulatif sur la carte de Madagascar des principaux sites d’intervention d’AMADEA depuis sa création.
Pour certains de ces sites, AMADEA n’a plus à intervenir car soit ils ont atteint l’autosuffisance, soit ils ont trouvé d’autres partenaires.

Historique

Déclarée en 1986 à Angoulême, l’association AMADEA (anciennement « Les Amis de Topaza » du nom du plus ancien orphelinat de Madagascar) s’était donné pour but la protection des enfants. Au fil des années et de l’évolution de la situation, il est apparu que les actions les plus efficaces pour les enfants étaient celles qui donneraient les moyens à leur famille de subvenir à leurs besoins; c’est ainsi qu’AMADEA s’est orientée vers le développement, étape essentielle de la protection des enfants.

AMADEA a choisi d’apporter un soutien actif au peuple malgache, dans le respect de son identité. Cependant, agir pour Madagascar, c’est d’abord aider les Malgaches à être les acteurs de leur propre développement. A chaque fois, ce sont des demandes locales émanant d’associations ou de groupements villageois que l’association cherche à satisfaire.

Jusqu’en 1997 :

AMADEA est intervenue principalement auprès de centres pour enfants et dans la construction d’infrastructures.

  • Aide matérielle d’urgence au centre TOPAZA de la capitale (actions à l’origine de l’association)
  • Construction du centre Mihary à Moramanga et mise en place d’une ferme sur les terrains du centre (20 ha).
  • Construction d’un barrage et de canaux d’irrigation chez les Zafimaniry.
  • Aide à la réhabilitation et au fonctionnement du centre de réinsertion du CEAPD à Mananjary (Palmier d’Or).
  • Alphabétisation et développement communautaire, construction d’un grenier communautaire et d’une grande salle pour chaque village avec les associations TEZA (Andranovolo Ouest) et MAMI (Mahasoa) dans la région de Vohipeno.
  • Construction de puits dotés de pompes dans la région de Nosy-Varika.

Puis les actions existantes ont été orientées vers la production.

  • Chez les Zafimaniry, après la construction du barrage, le village a été doté en petit outillage à usage agricole et en semences.
  • A Vohipeno, les deux villages d’Andranovolo et de Mahasoa ont pu également être dotés en outillage agricole, semences et zébus pour la culture attelée. Les paysans de cette zone n’ayant aucune expérience en la matière, AMADEA a mis en place une formation des paysans.

… Autre action :

  • La réinsertion d’une population de sans abris issus de la capitale à Ankarefo-Paraguay.

Après 1997 :

Cette année marque un tournant dans les activités d’AMADEA. Le champ d’action de l’association s’élargit et de nouvelles activités liées au développement apparaissent avec la mise en place de programmes structurés et gérés par un chef de projet travaillant au sein d’AMADEA.

Le volet partenariat se développe également, notamment sur la question de l’enfance et des parrainages.

Suite à l’évolution de son action, trois grands pôles d’activités se sont substitués aux actions initiales de l’association à Madagascar :

Le développement global et intégré

Les interventions concernent 7 communes : Mahitsy, Antanetibe-Mahazaza, Fihaonana, Mahavelona, Ambohitromby et Ampanintokana.

Les principales activités portent sur l’éducation, la formation, la santé primaire, l’amélioration et la diversification des diverses productions (animales ou végétales), le renforcement des capacités.

La protection des enfants

AMADEA a mis en place un large panel d’activités pour permettre le développement des enfants dans les meilleures conditions possibles.

Il s’agit notamment de traiter les questions d’accueil, de renutrition et de scolarisation, en mettant à disposition des ressources aussi bien techniques que structurelles. Cela se traduit par une grande diversité d’actions sur le terrain.

La préservation de l’environnement

Dans ce domaine, les actions d’AMADEA ont pour objectif de lutter contre la dégradation de l’environnement (feux de brousse, déforestation), mais aussi de contribuer à la préservation de la biodiversité en participant à l’effort national de reboisement et à promouvoir les énergies alternatives. AMADEA participe et encourage aussi la création de Vallées Biologiques.

… Mais aussi en France !

Les bénévoles de l’association interviennent auprès de publics variés, tout particulièrement auprès des plus jeunes. L’objectif est de les sensibiliser à la solidarité internationale et au développement durable, que ce soit en France ou à Madagascar, en s’appuyant sur les expériences concrètes de terrain.

Pour favoriser l’éducation et la découverte des actions d’aide au développement, des panneaux et un livret de présentation ont été spécialement conçus pour des interventions dans les écoles et collèges.