Les interventions en milieu scolaire

Au niveau de l’éducation, à côté des soutiens matériels et financiers, AMADEA effectue un travail de fond visant à améliorer la qualité de l’enseignement. Un programme de dotation en manuels et en fournitures scolaires (achetés sur place pour les manuels et cahiers), accompagnée de cours de soutien a été mis en oeuvre. Les associations des parents d’élève qui voulaient créer une cantine scolaire ont été dotées de semences pour faire pousser des légumes dans des » jardins scolaires ». Des arbres fruitiers ont été plantés. Outre la fourniture de produits pour la cantine, ces jardins permettent la formation des enfants au jardinage et l’introduction de variétés nouvelles plus performantes.

Je souhaite parrainer une classe pour offrir un avenir meilleur aux enfants.

                                                                                                                                            

Les résultats ont été positifs dès 1999. Dans les deux écoles villageoises où AMADEA est intervenue, celles-ci ont pour la première fois enregistré des réussites à l’examen du CEPE.

Cette première intervention de 1999 avait été rendue possible grâce à des initiatives de jumelages effectués avec des écoles françaises.

Dans des zones aussi reculées, il est extrêmement difficile voire impossible de trouver des instituteurs et de les fidéliser. Amadea recrute sur place des personnes qui ont effectué quelques études (parfois seulement jusqu’au niveau du BEPC faute de moyens ou de famille pour être hébergées à proximité du lycée). Une formation leur est donnée par le responsable « écoles » d’Amadea, ancien proviseur du collège de Mahazaza en retraite, et par des bénévoles français qui acceptent d’aller sur place, à leurs frais. Malgré tout, certaines enseignantes doivent marcher plusieurs heures par jour et par tous les temps, pour rejoindre leurs élèves. En 2010, une opération « vélos » a été lancée. Le personnel de Lexis-Nexis France, la classe de CM1 de l’école Serpentine de Colmar, la commune de Champagny en Vannoise et des donateurs individuels ont répondu à l’appel et ont ainsi permis l’achat de ce matériel si important pour assurer la continuité de l’enseignement et offrir l’école à des enfants très jeunes, incapables de rejoindre à pied une école publique.

Exemples de réalisations :

L'école d'Amberomanga
  • A Amberomanga, site de sa première intervention dans les écoles, AMADEA a réhabilité et construit des bâtiments, dédoublé la classe unique multigrade du village et a pris en charge le salaire de l’institutrice (par l’intermédiaire de l’association des parents d’élèves).
    Elle continue à intervenir dans cette école avec le soutien financier de l’association « AED-Kareen Mane »

- Construction d’une nouvelle école. Don de l’association AED Kareen Mane.
L’école a accueilli , lors de la rentrée des vacances de Noël 2002, le CE2 et la classe préscolaire de l’école publique d’Amberomanga.

En 2006 une deuxième classe a pu être construite avec les dons de l’association Aide aux enfants démunis (AED-Kreen Mane)

Exterieur_Karren_Maneinaug- Ecole_Kareen_Maneinstit

L'école privée d'Ankarefo-Paraguay
  • L’école privée d’Ankarefo-Paraguay, financée par AMADEA, a été dotée d’une bibliothèque-ludothèque en 2001.
    Une cantine scolaire a été créée pour offrir aux enfants un repas complet pour lutter contre la malnutrition et l’absentéisme.

    Depuis 2005 des classes publiques y ont été ouvertes mais AMADEA poursuit son action pour dédoubler 3 classes surchargées.

Classe_primaire_ankarefo cantine_ankarefo
Photos AMADEA – 2002©

Dans le même secteur, à Antoby, des classes préscolaires et CE2 ont été ouvertes et fonctionnent avec le partenariat de l’association landaise NEVEM (Nos Enfants vers les Enfants du Monde)

L'école de Mananjary
  • Par le passé Amadea a apporté une aide matérielle à des classes primaires et maternelles de Mananjary.
    Un jardin scolaire a également été créé.

Ecole_Mananjary_4
Photo AMADEA – 2002©

En 2010 ouverture à Mahambo d’une école préscolaire avec 3 classes (voir suivi coup de coeur)

A la rentrée 2010, AMADEA avait ouvert 14 classes préscolaires, et 4 classes primaires

Voir des résultats

INTERVENTIONS DANS LA POLITIQUE EDUCATIVE MALGACHE

 

Les représentants d’AMADEA ont fait partie d’une délégation d’associations françaises travaillant dans le domaine scolaire (avec Aide et Action, Inter-Aide, AFVP…) sous l’initiative de l’ACDE, reçue par le Ministre malgache de l’Education Nationale afin de proposer une démarche commune dans le cadre d’un projet (CRESED 2) financé par la Banque Mondiale. AMADEA fait également partie des ONGs invitées par le Ministre aux réunions de coordination dans le domaine scolaire.
Amadea a travaillé au sein de l’ACDE au projet « Education pour tous » de la Banque Mondiale, à Madagascar.

 

JUMELAGES

 

L’un des principaux objectifs d’AMADEA concerne les projets pédagogiques de l’école.

- Apprendre aux enfants à bâtir un projet et le mener à bien dans sa globalité.

- Découvrir le monde qui nous entoure, ses réalités et ses problèmes ainsi que ses richesses.

- Promouvoir le dialogue entre les peuples, la connaissance de l’autre comme facteur de compréhension et d’ouverture, face à l’uniformisation croissante des modes de pensée et des comportements. Ce projet avec l’étranger permet aux enfants, en s’ouvrant à d’autres modes de vie et de pensées, en s’y adaptant, de se préparer à appréhender le mieux possible les mutations en cours et la mondialisation.

- Prendre conscience que la solidarité peut être active, surtout quand elle s’applique à une échelle « raisonnable », d’une école à une autre, sans intermédiaires inutiles, sans frais de gestion exorbitant, sans long discours théoriques et avec une seule règle : la quasi totalité des sommes collectées est versée à l’école partenaire. Quoi de plus noble et de plus beau, pour un enfant de France, que de savoir qu’il permet avec sa seule action d’enfant, simple, sincère et spontanée, à un autre enfant à 10 000 km d’ici, d’apprendre dans des conditions satisfaisantes!

Par tous ces facteurs, il s’agit donc d’amener l’enfant à concourir au développement de la démocratie et de la citoyenneté.