1. Home
  2. /
  3. Suivi projets
En tandem pour les droits des enfants !

En tandem pour les droits des enfants !

Avec l’opération «Tandems Solidaires» organisée entre des élèves de 5ème du collège d’Andranovelona, à Madagascar, et ceux d’un collège privé de Vercel dans le Doubs, des échanges réguliers sont organisés depuis le début de l’année sur l’interculturalité et l’engagement solidaire.

À Andranovelona, les collégiens Malgaches préparent leurs échanges avec leurs homologues français sur différents thèmes. Par exemple, un atelier sur les droits des enfants est organisé chaque vendredi après-midi. Il est animé par les jeunes leaders et l’équipe d’Amadea et permet aux élèves d’explorer tout ce que cette question représente afin d’être en mesure, le cas échéant, de défendre leurs droits.
Ces séances de travail renforcent non seulement leur compréhension des droits fondamentaux des enfants, mais elles les encouragent également à les revendiquer et à les protéger.
L’organisation de ce type d’atelier contribue ainsi à instaurer une culture du respect et de l’émancipation au sein de la communauté scolaire.

Reportage : Annie Christelle – © AMADEA – Mai 2024

Galerie photos

L’opération «Tandems solidaires» a pu être organisée grâce à l’implication du comité Amadea de Franche-Comté, dans le cadre d’un dispositif coordonné par la région académique de Bourgogne-Franche-Comté et le réseau BCI (Bourgogne-Franche-Comté International).
Lire l’article ici : «Tandems solidaires»


Campagne de déparasitage dans les écoles

Campagne de déparasitage dans les écoles

Durant le mois d’avril, en partenariat avec l’Association Un enfant par la main et dans le cadre du programme VAHATRA, une campagne de déparasitage a été organisée dans les deux zones d’intervention d’AMADEA.

Au total, 2148 enfants ont été traités dans toutes les écoles participant au programme. Les médecins d’AMADEA ont assuré la distribution et l’administration du médicament. Pour les enfants des classes préscolaires, l’antiparasite a été administré sous forme de sirop ; pour les plus grands, dans les écoles primaires, sous forme de pilule.
Cette initiative illustre l’importance capitale du déparasitage des enfants pour prévenir divers problèmes de santé et ainsi favoriser leur développement et leur réussite scolaire.

Reportage Annie Christelle

Galerie de photos


Un utilitaire pour Mada !

Un utilitaire pour Mada !

Chers amis et sympathisants d’AMADEA, nous vous sollicitons pour financer l’achat d’un véhicule d’occasion à Tananarive. Il sera affecté à la coopérative TSINJO pour permettre d’acheminer ses marchandises et de transporter son personnel (de 6 à 7 personnes) sur les différents lieux de vente. 

Le modèle de véhicule que nous envisageons pour cela est une fourgonnette Mercedes Sprinter (ou un modèle équivalent)dans sa version semi-fourgon. Ce type de véhicule est bien adapté à notre besoin puisqu’il permet à la fois de transporter des marchandises et des passagers et il répond aux conditions de circulation à Madagascar. Une version 4×4 serait préférable, mais elle est plus difficile à trouver. 

Notre besoin …

Aujourd’hui, la part principale de notre budget est affectée au fonctionnement de l’ensemble des activités qui ont été générées depuis 1986. L‘étape de la production étant à présent atteinte, il nous faut développer celle de la commercialisation.

Pour ce faire, il faut prendre en compte que l’accès aux filières de commercialisation à Madagascar passe avant tout par la participation aux foires organisées autour de la capitale et dans la région Analamanga. Le démarchage auprès des intermédiaires et des grossistes nécessite également de pouvoir se déplacer et présenter les marchandises.

A travers cette campagne, nous vous sollicitons pour financer l’achat de notre premier véhicule d’occasion à Tananarive. Il sera mis à disposition de la coopérative TSINJO  pour transporter et commercialiser ses produits de foire en foire. Le modèle présenté, une fourgonnette Sprinter Mercedes semi-fourgon (ou un modèle équivalent) est le type de véhicule souhaité par nos amis malgaches.



Nous comptons sur la générosité de chacune et chacun afin de collecter 15000 à 18000 € en 12 mois et pour cela nous vous invitons à vous rendre sur le site de HelloAsso pour participer à la campagne de financement participatif que nous lançons.
Pour cela, vous pouvez flasher le QR code ci-joint avec votre téléphone portable ou vous rendre à sur le site de HelloAsso

Encore une fois … MERCI à vous.

Scannez le QR Code pour accéder la campagne sur HelloAsso


Création d’un comité de gestion de l’eau à Amberomanga

Création d’un comité de gestion de l’eau à Amberomanga

Vendredi 14 juin 2023, à Antaninandrokely, dans le Fokotany d’Amberomanga (commune de Mahitsy), un comité de gestion du nouveau réseau de distribution d’eau potable a été créé. Il concrétise plusieurs mois de travaux entamés par un forage, puis la construction d’un château d’eau et enfin l’installation de panneaux solaires fournissant l’énergie nécessaire au fonctionnement de la pompe.
La création de ce comité de gestion met un terme au projet lancé il y a plus de 2 ans par le comité AMADEA du Lot-et-Garonne.

Près d’une vingtaine de familles du village vont bénéficier de cette installation de distribution d’eau potable ainsi que l’atelier de soie d’Amberomanga et la maison des invités.
Pour cela, un comité d’utilisateurs a été mis en place par Amadea pour que les habitants soient directement impliqués dans la gestion de cette ressource. Une première réunion, présidée par Mr. Bonheur qui représentait AMADEA, a été organisée pour permettre aux habitants de prendre connaissance des modalités d’utilisation du réseau.

Un réseau d’alimentation en eau qui change tout !

Auparavant, pour subvenir à leurs besoins en eau potable, les habitants devaient aller la chercher à l’extérieur du village.
A présent, grâce au forage qui a été réalisé, au château d’eau et à la pompe électrique alimentée par des panneaux solaires, ils disposeront de l’eau courante et par conséquence, de beaucoup plus de temps pour vaquer à leurs diverses activités quotidiennes et professionnelles.

Pour mémoire, la réalisation de cette installation qui devrait contribuer à améliorer la santé de la population concernée, a été rendue possible grâce à des subventions de l’agglomération d’Agen et de l’agence de Bassin Adour -Garonne, avec le concours de la commune de Saint Hilaire de Lusignan.


Un centre de formation totalement opérationnel

Un centre de formation totalement opérationnel

Bonne nouvelle : la première formation qui marque officiellement la disponibilité opérationnelle du centre de formation Mirana Tsiky, s’est déroulée du 13 au 17 mars 2023, à Antsirabe.

Le thème principal de la formation portait sur les différents aspects de la vente : comment vendre un produit de manière professionnelle et comment développer les ventes directes ou en ligne. Il s’agissait bien entendu, d’une formation très théorique, mais dans le domaine spécifique de la restauration et des commerces de bouche.

Un 2e module technique était également au programme. Il était consacré à l’hygiène et au conditionnement en cuisine.

Un 3e module, enfin, était consacré à des exercices pratiques en cuisine et en pâtisserie.

Au total, 25 stagiaires ont participé à cette formation organisée par le cabinet Navigo, spécialisé dans la formation professionnelle. Elle a bénéficié d’un financement du FMFP (Fonds Malgache pour la Formation Professionnelle), géré par la CNaPS (Caisse Nationale de Prévoyance Sociale).

A l’issue des 5 journées de stage, tous les participants ont approuvé le contenu des différents thèmes proposés et la manière dont la formation s’est déroulée.
Celle-ci étant “validante”, les stagiaires peuvent immédiatement mettre en pratique les connaissances acquises dans leurs activités respectives.


L’eau coule à Amberomanga

L’eau coule à Amberomanga

Les travaux de réalisation d’un système d’’alimentation en eau potable pour l’unité séricicole d’Amberomanga et le village d’Antaninandrokely viennent de franchir une première étape.
La phase de forage du puits vient de se terminer. L’eau a été trouvée à environ 50m de profondeur.

Durant les essais, réalisés avec une pompe alimentée par un groupe électrogène, un débit de 2 à 3m3 à l’heure a été obtenu, ce qui est encourageant car le projet prévoit d’utiliser une pompe solaire avec un débit minimum de 1m3/heure pour remplir une cuve de 10m3.

Un projet bien financé

Le 29 septembre dernier, les demandes de subventions déposées par le Comité Amadea du Lot-et-Garonne avaient été examinées et approuvées par les 2 organismes publics sollicités (voir l’article ici).

Les subventions accordées par l’Agglo d’Agen et l’agence de Bassin Adour-Garonne permettent de couvrir à 90% le budget d’un montant de plus de 30 000 €.

L’unité de forage
Et voilà … L’eau coule à flot !

Bientôt la fin des travaux

Le forage et le captage de l’eau ne constituent que la première étape de ce projet d’alimentation en eau potable. Les travaux vont se poursuivre avec la construction d’un chateau d’eau pour le stockage, puis il y aura la mise en place des canalisations pour alimenter l’unité séricicole d’Amberomanga et raccorder au nouveau réseau le village d’Antaninandrokely.


Formation à l’élevage des vaches laitières

Formation à l’élevage des vaches laitières

Parmi les membres des groupements VTMMA soutenus par AMADEA, 35 d’entre eux élèvent des vaches laitières. En collaboration avec la MDB (Malagasy Dairy Board), un organisme chargé de coordonner la filière, AMADEA leur propose des formations afin qu’ils puissent développer leur activité .

Les éleveurs sont dispersés dans différents Fokontany (communes) où AMADEA opère : Antanetibe, Ambohijatovo, Antsahamaina, Ambohiboahangy, pour n’n citer que quelques uns.

Durant ces formations, les techniciens de la MDB évoquent les nombreux aspects de l’élevage de vaches laitières, depuis les installations à la ferme, la nourriture des bovins, leur suivi sanitaire ou encore les cultures fourragères nécessaires à leur alimentation.

Cette formation intervient également dans le cadre d’un programme de la FAO : l’approche C.E.P (Champs Ecole Paysans) qui vise à renforcer les compétences des agriculteurs et éleveurs des pays d’Afrique australe, confrontés à de nombreux risques associés aux aléas naturels, principalement les cyclones, la sécheresse et les inondations

.

Un programme de formation en liaison avec la MDB

La Malagasy Dairy Board – GIE a été créée en 2004 par le ministère chargé de l’élevage (MAEP) avec l’appui de la FAO. Elle a été créée afin d’avoir un interlocuteur unique pour mieux coordonner les activités dans ce secteur. En savoir plus

LE CEP : un programme de la FAO

CEP, pour Champs Ecoles Paysans, est un programme de la FAO (l’organisation des nations Unies pour l’alimentation et la nourriture).
Les interventions de CEP ont communément pour principaux objectifs :
– d’améliorer la productivité pour assurer la sécurité alimentaire et réduire la pauvreté rurale.
– de renforcer la résilience des communautés confrontées à des catastrophes récurrentes telle que la sécheresse, les inondations et les ravageurs et les maladies végétales et animales transfrontaliers.
– de renforcer les actions et les mesures individuelles et collectives pour l’amélioration des moyens de subsistance.

Plus d’informations ici


Vues aériennes des sites d’Andranovelona et Fieranana

Grace à 4 élèves ingénieurs de l’école des Mines d’Alès qui ont profité d’une année de césure dans leurs études pour effectuer un séjour solidaire à Madagascar, voici des vues inédites de 2 installations soutenues par AMADEA. Elles ont été réalisées par un drone et permettent d’avoir un aperçu sur les sites de la Coopérative Tsinjo, à Andranovelona et sur la pisciculture de Fieranana.

Coopérative Tsinjo, à Andranovelona

Autour de la sècherie et de la savonnerie de la Koperativa tsinjo, les constructions se multiplient. Un bâtiment abritant la distillerie d’huiles essentielles a été édifié et un atelier de menuiserie est en fin de construction.
Depuis peu, l’ensemble du site est autonome en énergie après la pose de panneaux solaires sur le toit de la sècherie. Le logement du gardien ainsi que le local de vente et l’unité de restauration, à l’entrée du site, bénéficient également de l’electricite produite.

Pisciculture de Fieranana

La pisciculture de Fieranana est située près d’Antanatibe – Mahazaza, dans le groupement VTMMA de la zone Est.


Programme VAHATRA : 149  kits solaires distribués

Programme VAHATRA : 149 kits solaires distribués

Les familles de 149 enfants sélectionnés sur des critères de mérite et de pauvreté, ont reçu un kit solaire. Une distribution organisée à la maison des VTMMA, à Andranovelona, dans le cadre de l’opération annuelle «Cadeaux solidaires» d’UEPLM (Un Enfant Par La Main) et du programme VAHATRA.

A Madagascar, le taux d’électrification en milieu rural est inférieur à 5%. Cela signifie que pour la plupart des familles, la vie quotidienne est rythmée par le cycle du soleil et s’interrompt à la tombée de la nuit, lorsque seules des bougies permettent encore un minimum d’éclairage.

Pour les enfants scolarisés, cela signifie aussi que les devoirs à la maison ne peuvent plus être faits, sauf à disposer de lampes solaires, lorsqu’elles sont disponibles, grâce notamment aux kiosques solaires mis en place depuis quelques années par AMADEA et ses différents partenaires.

Pour les 149 familles concernées (78 dans la zone Ouest et 71 dans la zone Est), la distribution de ces kits solaires constitue un cadeau des plus précieux, mais aussi une avancée majeur dans leur mode de vie.

Pour davantage d’autonomie

Le kit solaire, modèle Home 40 Z, d’une valeur de 239 000 Ariary (soit environ 57 €), est fourni par le principal opérateur téléphonique à Madagascar. Il se compose de :
– 1 panneau solaire
– 2 plafonniers
– 1 lanterne mobile
– I poste de radio
– 1 boîtier de contrôle
L’installation, une fois en place, permet de bénéficier d’un éclairage de 5 à 40 heures selon le niveau de luminosité choisi. Le kit permet également de recharger des téléphones portables et … d’écouter la radio !

Cadeaux solidaires : des actions diversifiées

Chaque année, en concertation avec AMADEA, UEPLM lance un appel aux dons. L’année dernière , cet appel avait permis de financer l’achat de capes de pluie et de sandales en plastique («méduses») pour que les enfants puissent se rendre plus facilement à l’école durant la saison des pluies.
Lire l’article ici


Formation des pisciculteurs dans le cadre du programme VAHATRA

Formation des pisciculteurs dans le cadre du programme VAHATRA

En novembre 2021, sous l’égide d’AMADEA et de l’association UEPLM (Un Enfant par La main), une formation théorique à la pisciculture avait été organisée à Sambaina, dans le district d’Ankazobe.
Depuis, la quinzaine d’agriculteurs qui a suivi cette formation, est passée au stade pratique. Voici les premiers retours !

De la théorie à la pratique

La formation dont on bénéficié 15 agriculteurs/pisciculteurs entre dans le cadre du développement d’activités Génératrices de revenus (AGR), financées par le programme VAHATRA.
A la suite de cette formation, les stagiaires ont également reçu une aide matérielle, soit pour construire de nouveaux bassins, soit pour améliorer la qualité des bassins existants afin qu’ils puissent mettre en application les techniques apprises. Des alevins leurs ont été fournis (400 par personnes) ainsi que de la nourriture pour accompagner la période de démarrage.

A l’Ouest, des éleveurs professionnalisés!

La pisciculture n’était pas une nouveauté pour les agriculteurs qui ont été formés. Si, traditionnellement, les bassins d’élevage des poissons sont transmis de pères en fils, il n’en va pas de même des techniques permettant d’en tirer le meilleur parti.
Il faut dire que jusqu’à présent, la pisciculture était une activité annexe pour ces agriculteurs qui se contentaient de regarder leurs poissons grossir en leur donnant les restes de leurs repas … Et encore, quand ils y pensaient !
Avec la formation, ils ont appris toutes les technique permettant de suivre – de façon rationnelle – l’évolution de leur pisciculture.

A l’Est, l’envie d’améliorer les rendements

Comme pour leurs camarades des groupements Ouest, les pisciculteurs de la zone Est ont fait un chemin nouveau pour eux, celui de la rigueur et de la professionnalisation de leur activité.
Pour eux, tout l’intérêt de la formation a été d’apprendre comment gérer leurs bassins, aussi bien bien en ce qui concerne l’alimentation en eau, l’écoulement du trop-plein, l’entretien des berges ou encore la température de l’eau … Ils ont également appris comment et à quelle fréquence alimenter les poissons, comment suivre les différentes étapes de leur grossissement et surveiller l’aspect économique de leur pisciculture. Ils sont devenus des producteurs de poissons et non plus seulement des éleveurs d’alevins.

Aujourd’hui, dans les 2 zones pris en charge par le programme VAHATRA, on compte 33 bassins (étangs) de piscicultures qui produisent différentes variétés de poissons parmi lesquelles des carpes et des tilapias.


[/et_pb_section]