Une aide « essentielle » de la Région Nouvelle Aquitaine

En cette période quelque peu perturbée, heureuse nouvelle pour l’association : la commission permanente de la Région Nouvelle Aquitaine qui s’est réunie le 15 juin 2020 à Bordeaux, a décidé d’accorder une aide substantielle à AMADEA pour son projet d’unité de production d’huiles essentielles à Madagascar. Extrait du courrier du Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine Un projet qui a emporté l’adhésion 2 ans après avoir apporté leur aide à la création de la savonnerie artisanale, les élus régionaux ont également décidé de soutenir ce nouveau projet. Il prévoit l’élargissement de l’activité de la coopérative Tsinjo d’Andranovelona, à la production d’huiles essentielles produites localement et extraites sur place. A Madagascar, il existe une grande variété de plantes aromatiques et médicinales endémiques qui peuvent être distillées et qui permettent également d’élaborer des tisanes et autres décoctions curatives. Par ailleurs, cette nouvelle activité contribue à la protection de l’environnement, au reboisement et au développement économique de l’Analamanga (Région des Hauts Plateaux). Les conseillers régionaux ont été également sensibles au fait que sur le territoire de la Nouvelle-Aquitaine, AMADEA propose de nombreuses actions de communication : festivals, forum, marchés de Noël et autres manifestations. L’association, ont-ils également noté, intervient régulièrement dans les écoles, collèges, lycées pour des sessions de sensibilisation à la solidarité internationale et à l’éducation citoyenne ou sur des thèmes plus spécifiques comme l’accès à l’eau, le développement durable. Un producteur d’huiles essentielles de Charente Maritime associé au projet Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, Valery BOUYER, exploitant la ferme de plantes aromatiques et médicinales “Plantabenèze“ à Aumagne (17), a accepté de partager ses compétences et de venir guider l’installation et la mise...

La chocolaterie Robert aime AMADEA

Bravo aux paysans producteurs et transformateurs de la Coopérative TSINJO.La Chocolaterie Robert (à Paris) rend hommage à l’action d’Amadea Madagascar sur ses réseaux sociaux. Publication sur la page Facebook de la chocolaterie Le réputé producteur de cacao et chocolatier malgache a noué, depuis plusieurs années déjà, un partenariat très constructif avec les groupements de paysans soutenus par l’association.Une grande fierté pour les producteurs de physalis des communes d’Ankazobe et d’Ambohidratrimo. Cliquer sur une image pour l’agrandir Publications sur la page Facebook et le compte Twitter de @Chocolaterie Robert...
2 fours solaires pour la coopérative Tsinjo

2 fours solaires pour la coopérative Tsinjo

Sur le site de l’unité d’agro transformation d’Andranovelona, 2 fours solaires financés par la Fondation EDF viennent d’être livrés. Dans un premier temps, ces fours solaires vont permettre de valoriser une partie de la production de litchis des membres de la coopérative Tsinjo. Ensuite, après cette phase de tests, ils permettront de sécher les plantes « feuilles » ainsi que les herbes aromatiques (utilisées pour la confection de tisanes, entre autres). A terme, ils représenteront une source de revenus supplémentaires non négligeable pour les agriculteurs soutenus par...
Projet de savonnerie

Projet de savonnerie

Fabriquer des savons avec toute la richesse qu’offre la biodiversité de Madagascar : un nouveau challenge est lancé avec Amadea. Un projet « porteur  » : voir la video Après la formation d’un mois donnée par Solen et Yampa de l’atelier F’Anes de Carottes à une quinzaine de paysans partenaires d’Amadea, ces derniers ont décidé de créer une savonnerie artisanale dans le village d’Andranovelona au Nord-Ouest d’Antananarivo. Apprendre les techniques de la saponification à froid a été une découverte passionnante pour les paysans mais les formatrices aussi ont été émerveillées par la richesse qu’offre la nature pour donner aux savons une palette inépuisable de texture, de senteurs et de couleurs. Ce mariage du savoir-faire de la saponification à froid et des plantes de Madagascar a permis de créer des savons originaux et qui, surtout, sont totalement biologiques. La qualité sans pareil des huiles essentielles tirées des plantes endémiques de Madagascar vient enrichir les recettes typiquement malgaches des savons fabriqués à l’issue de cette formation : savon au curcuma, au niaouli, au katrafay, au combava, au masonjoany … Une véritable recherche a été lancée pour travailler odeurs, couleurs et propriétés des savons.          Un grand merci à l’atelier F’Anes de carottes pour son implication dans l’émergence de ce projet ! Des locaux ont été construits et équipés; les premières personnes formées ont pu former à leur tour d’autres paysans. La production a pu commencer. Cet investissement a permis de créer une nouvelle activité génératrice de revenus pour des familles qui vivent dans des zones rurales enclavées, pour celles qui fabriquent mais aussi pour celles qui cultivent les plantes nécessaires à la composition des...

MadaSoie, l’atelier de filature et de tissage d’Amberomanga

C’est à motocross, en 4×4 ou à pied que l’on rejoint Amberomanga. A plus de deux heures de route d’Antananarivo, on quitte la RN4 et on emprunte sur 12 km une piste quasi-impraticable. Le village, difficile d’accès, est devenu le berceau de la filière soie dans la zone de Mahitsy, une région historiquement séricicole au temps des rois. Evidemment,  il n’y a ni électricité ni eau courante. Le défi était de taille, mais le résultat est bien là, sous nos yeux, dans l’atelier où sont entreposées des piles d’écharpes tissées par des mains de fée. Des tissus tout en couleurs, un fil pur et soyeux, et une finition impeccable. Un vrai travail d’artiste ! Toutefois, la relance de la filière soie ne s’est pas faite en un jour. L’élevage du ver à soie, le bombyx mori, appelé sériciculture,  a été relancé par AMADEA en 1998. Depuis, l’activité est en permanente évolution et se perfectionne au fil des années. Pour la mise en route, il aura fallu sélectionner  les variétés de mûriers les plus nutritives et les plus adaptées au climat de la zone, pour nourrir les vers à soie, et en planter des milliers et des milliers. Un laboratoire de grainage a été créé dans le village pour produire des semences (graines de ver à soie) provenant des meilleures souches disponibles, exemptes de maladies, notamment de la pébrine, qui avait provoqué, en d’autres temps le déclin de la sériciculture.              L’atelier MADASOIE a débuté avec des matériels traditionnels de filature et de métiers à tisser. L’objectif était alors de permettre aux paysans de transformer leurs cocons,...

Agriculture familiale et partenariats

Pendant l’année 2014, AMADEA a répondu favorablement à la demande de villageois de trois nouvelles communes, convaincus par ce qu’ils ont pu constater de l’évolution sur les communes où AMADEA était intervenue pour le développement de l’agriculture familiale. Ces villages sont situés sur le pourtour des zones habituelles d’intervention d’AMADEA,sur les communes de AMBOHITROMBY et MAHAVELONA. Il s’agit de la duplication des actions d’AMADEA, décrites dans les différentes pages de ce site, en particulier celles consacrées au développement. Des fonds supplémentaires ont dû être engagés pour l’achat de matériel, intrants, semences, pour les formations, l’accompagnement technique, les déplacements etc etc. Un envoi par container est venu compléter le tout : semences indisponibles à Madagascar, matériels agricoles, vélos mais aussi gros matériel pour la maintenance. Du fait des distances de plus en plus importantes à couvrir, deux techniciens ont été dotés de motocyclettes. Ces réalisations ont été faites avec le concours financier de Pays de Savoie Solidaires, de la région Aquitaine, la région Poitou-Charentes et le conseil général de Charente. Agriculture familiale: Cette année 2014 qui célèbre l’année internationale de l’agriculture familiale est l’occasion pour tout le monde de constater que, finalement, c’est la forme d’agriculture qui est la plus à même d’apporter une réponse aux plus grands défis que nos sociétés actuelles doivent relever, bien au-delà de la simple sécurité alimentaire. Amadea veut promouvoir une agriculture centrée sur l’homme et respectueuse des valeurs de celui qui la pratique et, sans l’avoir nommée ainsi, elle a toujours promu l’agriculture familiale car elle apparait comme la plus à même de permettre la gestion rationnelle des ressources naturelles et la préservation de...