Production d’alevins à la pisciculture de Fieranana

Parmi ses activités développées de longue date à Madagascar, Amadea encourage les paysans qu’elle encadre à développer la pisciculture et la rizipisciculture.Pour cela l’association propose une formation technique à tous ceux qui veulent bien s’y adonner et fournit gratuitement des alevins aux paysans qui veulent s’y essayer.Pour ceux qui veulent en faire une vraie activité complémentaire, génératrice de revenu ou source supplémentaire de protéines pour leur propre alimentation, elle vend les alevins. Un coup de pouce à la nature pour produire des alevins A Fieranana, on produit des alevins de carpes. Pour cela, les mâles et les femelles sont tout d’abord séparés dans des bassins distincts et lorsque les femelles sont prêtes, on procède à l’accouplement. Les oeufs fécondés sont ensuite recueillis et mis dans des filets jusqu’à ce que les alevins soient suffisamment grands pour échapper à leurs prédateurs.A la pisciulture de Fieranana, on produit également des alevins de tilapia, mais cette fois de façon totalement...

Opération « eau et pisciculture »

                                  Ce projet consistait à résoudre le problème d’eau potable pour le village de Fierenana et de disponibilité de l’eau durant la saison sèche pour des bassins piscicoles. AMADEA a décidé, dans le cadre d’un programme de lutte contre la malnutrition et pour l’autosuffisance alimentaire, d’aider les paysans à produire du poisson par la pisciculture et/ou la rizipisciculture (pisciculture dans les rizières). L’association a mis en place des bassins destinés à élever des géniteurs pour la production d’alevins (de carpe royale et de tilapia) qui seront par la suite distribués à prix modique aux paysans pour grossissement. Les besoins en eau de ces bassins durant la saison sèche qui coïncident avec les périodes d’alevinage nécessitent le stockage de l’eau dans un grand bassin construit par l’association Amadea. Ce bassin n’est pas totalement achevé pour des questions d’attente de stabilisation du terrain après les fouilles. Il existe bien des projets liés à l’eau au niveau national, mais les zones prioritaires ont été définies dans les provinces de Tuléar et Fianarantsoa (Sud et Sud-Est de Madagascar). Le village concerné ne se trouve pas dans une de ces zones prioritaires; il n’était donc pas possible, de ce fait, de le faire bénéficier de ces projets nationaux. La prise de conscience des problèmes de l’eau est récente et commence juste à faire partie des préoccupations des groupements qui travaillent avec AMADEA, seule structure à intervenir dans les différents domaines agricoles sur la zone avec des groupements (formels et informels) de paysans. La mise en service a nécessité : -d’une part l’aménagement d’un ouvrage de captage au niveau de...