L’atelier MadaSoie, à Amberomanga

L’atelier MadaSoie, à Amberomanga

A Amberomanga, toutes les activités liées à la filière «soie» sont représentées dans et autour de l’atelier Madasoie.Depuis la plantation de muriers (dont les feuilles constituent la nourriture exclusive des vers à soie) en passant par l’élevage des bombyx puis le filage des cocons et jusqu’au tissage d’écharpes et leur commercialisation … Cette activité fournit un complément de revenus non négligeable pour les agricultrices formées et accompagnées par Amadea. Reportage de Annie...
Antsaonjombe : la nouvelle salle de classe est terminée !

Antsaonjombe : la nouvelle salle de classe est terminée !

En ce vendredi 15 janvier, c’est jour de fête pour les écoliers et les parents d’élèves d’Antasaonjombe ! Aujourd’hui, s’est déroulée la réception des travaux d’une nouvelle salle de classe dont la construction a débuté le 15 octobre dernier. Avec elle, une passerelle d’accès a également été réalisée. Elle permettra de traverser sans encombres un petit cours d’eau qui devenait rapidement infranchissable pendant la saison des pluies. Le nouveau bâtiment est prêt à l’usage La nouvelle passerelle, c’est du solide ! La nouvelle salle de classe  ainsi que la passerelle ont vu le jour grace à un financement engagé dans le cadre du programme VAHATRA, géré par UEPLM (Association «Un Enfant Par La Main»). Préc 1de11 Suiv. Une belle aventure qui remonte à 20 ans Situé à une cinquantaine de kilomètres de Tananarive, Antsaonjombe est un village très enclavé ; au point même que certains visiteurs n’ont pas hésité à qualifier son «groupe scolaire« d’ «école du bout du monde» ! Pour la petite histoire, on retiendra qu’il y a presque 20 ans, à la demande des parents d’élèves, Amadea a participé à la construction et à l’ouverture de la première salle de classe : c’était le 12 Octobre 2001. Avec la motivation des enseignants et des parents d’élèves, les trois niveaux d’enseignement du niveau préscolaire (la maternelle en France) ont pu être dispensés dans l’école au bout de 3 ans. Dans la continuité de ce bon démarrage, Amadea a encore apporté son aide matérielle aux parents d’élèves pour leur permettre de construire une nouvelle salle de cours pour les enfants arrivant en CP 2, à l’école primaire. De fil en aiguille...
Des plants d’arbres pour les groupements agricoles

Des plants d’arbres pour les groupements agricoles

Le reboisement fait partie du volet traditionnel des actions d’Amadea en faveur de la protection de l’environnement. Depuis quelques années, un partenariat s’est instauré avec l’ONG « Graine de vie » et sa pépinière implantée au sein du domaine du Père Pedro, à Ambohimangakely, une commune proche d’Antananarivo. (reportage : Christelle Randrianaivotsimba) C’est une opportunité pour Amadea et les paysans avec qui l’association travaille, d’ajouter de la diversité aux plants qui sont déjà produits dans les pépinières paysannes des groupements. Cette année, nous avons d’ailleurs profité de l’opération pour y emmener les responsables des pépinières afin qu’ils s’instruisent de l’expérience de cette grande plantation d’arbres. Cliquer sur l’image pour l’agrandir ou/et utilisez les flèches pour faire défiler Préc 1de12 Suiv. Environ 4000 plants parmi lesquels des arbres forestiers et ornementaux (jacaranda, baobab, terminalia mantaly) ou encore des  arbres fruitiers (citronniers, pêchers, manguiers, papayers, caféiers, avocatiers, etc.) sont ainsi ramenés sur les zones d’intervention, au profit des membres du VTMMA, les groupements de paysans qui travaillent avec Amadea. L’opération se fait également au bénéfice des écoles qui souhaitent participer à l’opération « Un élève un arbre », une opération initiée par le ministère de l’éducation nationale, en partenariat, cette année, avec le ministère de...

Test de packaging à la foire’fouille de Noël

Christianna, notre nouvelle responsable de la commercialisation pour les production des différentes coopératives encadrées par Amadea, effectue sa première vente exposition. Elle participe à la Foire’fouille de Noël, du 21 au 24 décembre au Palais des sports Mahamasina, à Antananarivo. Son objectif avec les écharpes de Madasoie et toute la collection de fruits séchés de la coopérative Tsinjo : obtenir des retours sur les changements effectués en termes de packaging et de logo. On ne doute pas qu’ils seront positifs...
Ouverture en vue pour le centre de formation d’Antsirabe

Ouverture en vue pour le centre de formation d’Antsirabe

Enfin ! Les travaux de construction et d’aménagement du Centre de formation d’Antsirabe sont parvenus au stade des finitions. Après une phase de recensement et d’identification des formations à mettre en place avec les différents partenaires concernés, les premiers stagiaires devraient pouvoir être accueillis dans le courant de l’année 2021. C’est l’occasion de revenir sur l’origine de ce projet et sur les missions que le centre devra remplir. Un peu d’histoire … Construit à proximité immédiate du centre Mirana Tsiky, le bâtiment du centre de formation répond à un besoin apparu en 2015, 11 ans après l’ouverture de l’unité d’accueil pour enfants en situation difficile. Pour certains d’entre eux qui ne pouvaient pas poursuivre leurs études ou intégrer un apprentissage, se posait alors la question de leur avenir professionnel. Avec le réseau OSCAPE (organisation de la société civile d’Antsirabe pour l’enfance) auquel AMADEA et l’APE collaborent, on a constaté que la problématique était globale : il manquait une telle structure de formation à Antsirabe ! Le bâtiment en construction, il y a un an Initiation à l’informatique Matériel informatique Un centre pour quoi faire ? Pour les adolescents de Mirana Tsiky, comme pour les autres jeunes en difficulté de la communauté urbaine d’Antsirabe, le centre de formation devra leur permettre d’acquérir les compétences nécessaires pour entrer directement dans le monde du travail.Parmi les formations déjà envisagées : couture, cuisine, pâtisserie, menuiserie, jardinage, apiculture, petit élevage et informatique. Il s’agira de formations très concrètes et individualisées pour leur permettre d’avoir immédiatement une activité génératrice de revenus, gage de leur autonomie financière. Locaux et équipements Au rez de chaussée, on trouvera...

Comment parvenir à l’autosuffisance alimentaire ?

Amadea part du principe que pour les paysans, aucune demande d’évolution de leurs pratiques ne peut être efficace tant qu’ils n’ont pas résolu leurs problèmes d’alimentation.Dans les groupements agricoles encadrés par Amadea, cette question est prise en compte de deux façons :– Par l’amélioration de la productivité dans les rizières, grâce à la maîtrise de techniques plus performantes.– Par la diversification des productions et notamment par la pratique de cultures maraîchères de contre-saison et de cultures vivrières durant la période des pluies. (Article de Patrick Johannes) Une alternative ou un complément à la riziculture ? Dans les zones où intervient Amadea, les cultures de contre-saison sont l’alternative logique à la recherche d’une amélioration de la productivité rizicole et à l’évolution vers l’autosuffisance alimentaire. L’amélioration des rendements en matière rizicole est le résultat de l’utilisation des nouvelles techniques et de l’emploi de nouvelles semences, mais aussi et surtout de l’utilisation des rizières pour les cultures maraîchères de contre-saison. La culture de contre-saison dans les rizières est aujourd’hui pratiquée sur près de 95% des zones où intervient Amadea. Cette année, les pépinières ont permis de fournir près de 20% des semences utilisées par les membres des groupements. De plus, près de 30% de ces semences ont été achetées à des producteurs formés par Amadea dans la zone concernée. Préc 1de9 Suiv. Des semences contre des méthodes de culture respectueuses de l’environnement Pour Amadea, la promotion des cultures maraîchères de contre-saison consiste à fournir aux paysans entre 10 et 15 variétés différentes de semences de légumes.En échange, ils doivent s’engager à respecter les procédures techniques préconisées pour chaque variété de légume, à effectuer...