Inauguration de nouveaux locaux à Andranovelona

Inauguration de nouveaux locaux à Andranovelona

Aujourd’hui, 29 janvier 2021, aux abords de la coopérative Tsinjo à Andranovelona, la «grande famille» AMADEA de Madagascar s’est retrouvée pour une triple inauguration : celle de la maison des groupements VTMMA de la zone Ouest (Fihoanana), du local de vente et des toilettes. Malgré la crise du Coronavirus qui a interrompu les travaux pendant un temps, les 3 constructions ont pu être réalisées dans les temps. Le local des groupements agricoles VTMMA – Zone Ouest Le local de vente(cliquer sur les images pour les agrandir) Les toilettes pour les coopérateurs et les visiteurs La cérémonie officielle d’inauguration Reportage de Bien-Aimé Randriamihaja Une belle vitrine et des débouchés pour les productions des agriculteurs soutenus par AMADEA Dans le nouveau local de vente qui jouxte la coopérative Tsinjo, on trouvera tous les produits estampillés « Amadea ».Entre autres, les fruits séchés (ananas, physalis, banane, gingembre, curcuma, litchis), les confitures et pâtes de fruits ainsi que les savons qui sont tous produits sur place, mais aussi la spiruline de l’unité de production d’Antsirabe ainsi que les tissages en soie réalisés à Amberomanga.Un coin restauration et des toilettes complètent l’ensemble qui vise une clientèle de touristes circulant sur la route de Majunga. Pour faciliter leur accueil, un parking est en cours d’aménagement, juste à proximité. Cliquer sur l’image puis sur les flèches pour visionner le diaporama Le local de vente et les toilettes, à l’entrée de la coopérative TsinjoLe local de vente en bordure de la nationale entre Antananarivo et MajhungaUne petite restauration sera également proposée aux clientsPlusieurs partenaires d’Amadea ont contribué à la réalisation du projetPlusieurs partenaires d’Amadea ont contribué à la réalisation du projetLa salle d’exposition vente...
L’atelier MadaSoie, à Amberomanga

L’atelier MadaSoie, à Amberomanga

A Amberomanga, toutes les activités liées à la filière «soie» sont représentées dans et autour de l’atelier Madasoie.Depuis la plantation de muriers (dont les feuilles constituent la nourriture exclusive des vers à soie) en passant par l’élevage des bombyx puis le filage des cocons et jusqu’au tissage d’écharpes et leur commercialisation … Cette activité fournit un complément de revenus non négligeable pour les agricultrices formées et accompagnées par Amadea. Reportage de Annie...

Test de packaging à la foire’fouille de Noël

Christianna, notre nouvelle responsable de la commercialisation pour les production des différentes coopératives encadrées par Amadea, effectue sa première vente exposition. Elle participe à la Foire’fouille de Noël, du 21 au 24 décembre au Palais des sports Mahamasina, à Antananarivo. Son objectif avec les écharpes de Madasoie et toute la collection de fruits séchés de la coopérative Tsinjo : obtenir des retours sur les changements effectués en termes de packaging et de logo. On ne doute pas qu’ils seront positifs...
Distribution de vers à soie

Distribution de vers à soie

Dans le cadre des activités génératrices de revenus du programme de partenariat AMADEA/UEPLM (Association Un Enfant Par La Main), l’association a procédé, au courant du mois de décembre, à la distribution de vers à soie d’élevage (bombyx Mori) à une quinzaine d’éleveuses. La sériciculture est rarement l’activité principale des éleveurs, mais elle est très rémunératrice. Selon le nombre des cellules d’oeufs de bombyx, ils peuvent retirer un revenu moyen de 100 000 Ariary (environ 24,3€) pour un cycle d’élevage d’une durée d’un mois. En effet, du fait d’une maladie qui frappe depuis environ 3 ans la filière séricicole, la production ne peut plus répondre à la demande du...

MadaSoie, l’atelier de filature et de tissage d’Amberomanga

C’est à motocross, en 4×4 ou à pied que l’on rejoint Amberomanga. A plus de deux heures de route d’Antananarivo, on quitte la RN4 et on emprunte sur 12 km une piste quasi-impraticable. Le village, difficile d’accès, est devenu le berceau de la filière soie dans la zone de Mahitsy, une région historiquement séricicole au temps des rois. Evidemment,  il n’y a ni électricité ni eau courante. Le défi était de taille, mais le résultat est bien là, sous nos yeux, dans l’atelier où sont entreposées des piles d’écharpes tissées par des mains de fée. Des tissus tout en couleurs, un fil pur et soyeux, et une finition impeccable. Un vrai travail d’artiste ! Toutefois, la relance de la filière soie ne s’est pas faite en un jour. L’élevage du ver à soie, le bombyx mori, appelé sériciculture,  a été relancé par AMADEA en 1998. Depuis, l’activité est en permanente évolution et se perfectionne au fil des années. Pour la mise en route, il aura fallu sélectionner  les variétés de mûriers les plus nutritives et les plus adaptées au climat de la zone, pour nourrir les vers à soie, et en planter des milliers et des milliers. Un laboratoire de grainage a été créé dans le village pour produire des semences (graines de ver à soie) provenant des meilleures souches disponibles, exemptes de maladies, notamment de la pébrine, qui avait provoqué, en d’autres temps le déclin de la sériciculture.              L’atelier MADASOIE a débuté avec des matériels traditionnels de filature et de métiers à tisser. L’objectif était alors de permettre aux paysans de transformer leurs cocons,...
Electricité solaire dans 3 bâtiments pour la formation et le développement de la sériciculture

Electricité solaire dans 3 bâtiments pour la formation et le développement de la sériciculture

Développer des activités génératrices de revenus.  (voir les produits obtenus dans la page artisanat)   AMADEA travaille depuis des années pour la relance de la filière soie. Ses locaux étaient devenus trop exigus pour permettre une véritable activité de filage et tissage ouverte aux paysans intéressés. L’objectif à terme est de concerner un millier de familles (l’action d’Amadea touche actuellement 300 familles) . Activité génératrice de revenus, la sériciculture permettra à ces familles d’améliorer leur condition de vie et contribuera par là même à lutter contre la pauvreté en milieu rural (effet de levier sur toute la région). D’autant plus que les périodes d’élevage des vers sont en général de 3 à 4 par campagne annuelle et se répartissent pendant la période de disponibilité de feuilles de mûrier, de septembre à mai : – 1ère période : mi septembre à novembre – 2ème période : novembre à mi décembre – 3ème période : mi décembre à mi mars – 4ème période : mi mars à mai A l’exception de la dernière, les élevages se déroulent donc en grande partie en dehors des périodes d’activité agricole traditionnelle d’où leur intérêt encore plus grand pour des femmes qui ont peu d’opportunité de revenu par ailleurs.   Dans ce cadre là, 3 nouveaux bâtiments ont été construits à côté de la grande maison d’Amberomanga. Du matériel a été acquis pour toutes les activités de transformation des cocons avec l’objectif de les rendre disponibles pour les paysans. Si nombre d’activités se font en plein air ou chez les habitants, la production d’œufs de bombyx, le filage et le tissage nécessitent des matériels spécialisés...