Fête de Noël en avance pour les écoliers d’Antoby

Fête de Noël en avance pour les écoliers d’Antoby

Le père Noël est passé avec quelques jours d’avance pour les écoliers de l’école primaire d’Antoby-Sud. Samedi 19 décembre, les enfants avaient rendez-vous avec lui dans les locaux de l’Alliance Française d’Antananarivo. (avec le concours de notre correspondante à Madagascar : Christelle RANDRIANAIVOTSIMBA) « Christmas party Diary Nofy » Cet après-midi récréatif a été organisé par la fondation AXIAN (liée à l’opérateur téléphonique malgache TELMA) à la suite de son implication dans la construction de nouvelles salles de classe à Antoby,-Sud.37 élèves et leurs enseignants des classes de CE, CM1 et CM2  de cette école primaire publique, ont ainsi été conviés à une fête de Noël avec, au programme, un spectacle composé de chants, de danses et de contes, une distribution de cadeaux en présence du Père Noël, le tout suivi d’un goûter. Préc 1de18 Suiv. Petite attention supplémentaire : à la fin de la manifestation et en prévision de la route du retour, AMADEA et UEPLM (partenaires du programme VAHATRA) ont distribué des casse-croûtes et des bouteilles d’eaux aux enfants ainsi qu’à leurs accompagnateurs. ————————— Un mécénat malgache —————————— Dans le cadre du programme VAHATRA, en liaison avec notre partenaire UEPLM, la fondation AXIAN s’investit concrètement dans l’aide à l’enfance à Madagascar. C’est ainsi qu’elle a pris en main la construction de nouvelles salles de classe à l’école Primaire Publique d’Antoby Sud, commune...
De nouveaux outils pédagogiques pour les écoles du programme VAHATRA

De nouveaux outils pédagogiques pour les écoles du programme VAHATRA

Des manuels et des outils de lecture, d’écriture et de calcul … Vendredi 11 décembre, au bureau d’AMADEA à Mahitsy, a eu lieu une distribution de documents et de petits matériels de classe aux responsables et enseignants des 8 écoles primaires impliquées dans le programme VAHATRA (en partenariat avec UEPLM). Il s’agit à la fois de supports pédagogiques pour les enseignants et de supports d’application pratiques pour les élèves. Cette distribution fait suite à une formation de 8 jours organisée au mois de septembre dernier par un formateur de la JICA, l’agence Japonaise de Coopération Internationale. A noter que pour ne pas empiéter sur le temps scolaire, cette formation avait été mise en place durant les grandes vacances scolaires. La formation dont ont bénéficié les enseignants est basée sur la méthode pédagogique TaRL (Teaching at the Right Level), un dispositif né en Inde et introduit à Madagascar dans le cadre du Projet TAFITA qui a été financé par la coopération...

Capes de pluie et « méduses » … Des cadeaux solidaires !

Lors de la distribution des kits scolaires, les enfants des 14 écoles et des 2 collèges du programme VAHATRA ont également reçus des « cadeaux solidaires ». Mais de quoi s’agit-il ? A Madagascar, le chemin de l’école n’est pas toujours facile pour les enfants. Non seulement, certains d’entre eux doivent parfois parcourir plusieurs kilomètres pour aller en classe, mais en plus, durant la saison des pluies (de novembre à mars), ils arrivent souvent trempés à l’école et parfois se blessent aux pieds, faute d’être chaussés.Les conséquences sur leur santé et sur leur hygiène peuvent s’avérer importantes, voire catastrophiques.Avec une cape et une paire de chaussures en plastique que l’on appelle là-bas des « méduses » (… et en France, des « nouilles »), ils peuvent se rendre à l’école tout en restant au sec et sans risquer de se blesser les pieds. Des cadeaux solidaires en complément des kits scolaires Dans le cadre du programme VAHATRA, en partenariat avec UEPLM (Association « Un enfant par La Main »), une distribution de ces capes de pluie et de chaussures plastique a pu être organisée grâce à l’opération « cadeaux solidaires“ proposée par...
Distribution des kits scolaires 2020-2021

Distribution des kits scolaires 2020-2021

Ils étaient très attendus par les enfants, mais aussi par leurs parents ! Les kits scolaires 2020 – 2021 ont été distribués, samedi 21 novembre, dans les écoles du programme VAHATRA. Plus grand sac que grand ventre ! Il a tout d’un grand ! Une opération bien préparée Au total, pas moins de 833 enfants ont reçu leur « paquetage d’écolier » dans 16 établissements scolaires différents : 9 écoles préscolaires , 5 écoles primaires et 2 classes de 6e dans 2 collèges différents. A souligner que leur préparation, nécessairement méticuleuse, à pu être réalisée grâce aux concours des jeunes du Centre Mirana Tsiky d’Antsirabe. Un programme déjà bien rodé Les distributions, menées en partenariat par AMADEA et UEPLM dans le cadre du programme Vahatra, ont eu lieu un samedi afin d’éviter de perturber les cours . Toutes les équipes d’AMADEA et d’UEPLM ainsi que les équipes enseignantes se sont mobilisées pour que cette opération se déroule parfaitement. Chaque enfant a bénéficié de l’ensemble de la dotation prévue selon leur niveau scolaire, à savoir : – Des sacs à dos pour la première fois floqués aux noms et aux couleurs des 2 associations. – Des trousses avec règles, craies, gomme, stylos et crayons de couleurs, etc.– Des cahiers et des protège-cahiers. Distribution des kits scolaires et des capes de pluie dans les écoles de la zone Est Distribution des kits scolaires et des capes de pluie dans les écoles de la zone Ouest RAPPEL :les kits scolaires sont financés grâce aux parrainages d’enfants. Dans ce cadre, il s’agit d’un parrainage mutualisé qui profite à tous. ENFANTS CONCERNES :– 387 dans la...
Une nouvelle salle de classe en construction à Antsaonjombe

Une nouvelle salle de classe en construction à Antsaonjombe

Réalisée dans le cadre du programme VAHATRA, la nouvelle salle de classe de l’école d’Antsaonjombe sort peu à peu de terre.Les travaux, financés par UEPLM (Association Un Enfant Par La Main) ont commencé le 15 octobre dernier. Ils devraient être achevés avant le début de la saison des pluies. Si AMADEA n’est pas partie prenante dans la construction elle-même, l’association est intervenue dans le choix de cette école parmi toutes celles qui sont impliquées aujourd’hui dans le programme VAHATRA. C’est par la volonté des parents d’élèves, avec l’appui d’AMADEA, que cette école communautaire a en effet pu voir le jour, il y a quelques années. Les villageois ont construit les premières salles de classe et Amadea a pris en charge les salaires des enseignants. Mais aujourd’hui, les locaux sont devenus insuffisants et la création d’une salle de classe supplémentaire était nécessaire. La construction d’un nouveau bâtiment – qui plus est une salle de classe – est toujours un évènement. On se doit de respecter le « Fomba Malagasy » (us et coutumes de Madagascar) Déjà 4 semaines depuis le début de la construction Après l’approvisionnement en matériaux, la réalisation des fondations en blocs de pierre, l’élévation des murs en briques, et la réalisation sur place des éléments de claustras en ciment, on en est déjà arrivé à la toiture ! Préc 1de20 Suiv. L’accès à l’école sera également facilité En plus de la nouvelle salle de classe et à la demande des parents d’élèves et des enseignants, une passerelle va être construite au-dessus d’une rivière, près de l’école, afin de permettre aux élèves de la traverser pendant la saison des pluies....
AMADEA et UEPLM : une collaboration respectueuse

AMADEA et UEPLM : une collaboration respectueuse

Mercredi 10 juin, en visioconférence (COVID-19 oblige …), a eu lieu la 2° rencontre entre AMADEA et UEPLM (Association « Un Enfant Par La Main »). Objectif : préparer, dans le cadre du partenariat en cours, le plan budgétaire pour l’année 2020. Quelques membres du C.A d’AMADEA, aux côtés de Patrick et Lalao JOHANNES, ont pu dialoguer avec le président d’UEPLM, Alain Gibert, la directrice, Joëlle Sicamois et le chef de mission à Madagascar, Jean-Baptiste Tobie. A distance, mais ensemble pour un même objectif : le bien-être des enfants Au terme de cette première année de partenariat avec UEPLM et au delà des aspects strictement budgétaires, les échanges ont tourné autour du très (trop) important investissement humain que cela a représenté pour AMADEA et de la nécessité que ce travail se fasse au bénéfice des populations villageoises, mais sans nuire aux actions historiques de développement menées par l’association.En France comme à Madagascar, AMADEA a toujours la volonté d’associer les acteurs locaux aux différents projets proposés. Cela peut occasionner des lenteurs dans la mise en place des actions mais, à moyen et long terme, c’est la bonne solution pour voir les transformations s’inscrire dans la durée, au plus proche des familles. A Madagascar, l’embauche prochaine d’un chargé de projet par UEPLM, devrait libérer du temps pour les chefs de projets et de programme d’AMADEA, en particulier pour ce qui concerne les tâches administratives de suivi/contrôle  budgétaire. Elles sont bien entendu nécessaires, mais ne correspondent pas à la culture de terrain de l’association. Pour nous, AMADEA,  l’évaluation se fait avant tout au regard des réussites et des échecs sur place.  En octobre prochain, les deux...